bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les hommages aux disparu-es > Peter Fonda part pour un autre road movie

Peter Fonda part pour un autre road movie

  • Mis à jour : 17 août

Peter Fonda, star du film « Easy Rider », est mort vendredi 16 août au matin à son domicile de Los Angeles (Californie).

L’acteur, devenu icône de la contre-culture avec ce road-movie à moto dans les grands espaces du sud-ouest américain, s’est éteint des suites d’un cancer.Il laisse orpheline toute une génération marquée par un long-métrage entré dans la légende :« Easy Rider » (1969), qu’il avait co-écrit.

Fils de la star d’Hollywood Henry Fonda, petit frère de Jane Fonda et père de Bridget Fonda, Peter Fonda est mort d’un arrêt respiratoire provoqué par un cancer du poumon, a indiqué son attaché de presse dans un communiqué.

Le texte, signé de sa famille, conclut :
« Tandis que nous pleurons la perte de cet homme doux et gracieux, nous souhaitons aussi célébrer son esprit indomptable et son amour de la vie. En l’honneur de Peter, portez un toast à la liberté s’il vous plaît. »

Jane Fonda, dans une déclaration transmise à l’Agence France-Presse, a exprimé son émotion :
« Je suis très triste. C’était mon gentil petit frère adoré. Le bavard de la famille. J’ai passé des moments merveilleux seule avec lui ces derniers jours. Il est parti en riant. »

Icône de la contre-culture américain

« Easy Rider », écrit par Peter Fonda, Dennis Hopper, et Terry Southern, interprété par les deux premiers et réalisé par Hopper, est l’un des films étendards de la contre-culture américaine des années 1960. Il évoque la quête de liberté à travers une odyssée à moto dans les grands espaces du sud-ouest américain.

L’image de Peter Fonda les jambes étendues sur son chopper Harley-Davidson peint aux couleurs du drapeau américain est emblématique du cinéma de cette époque. Un exemplaire de cette moto s’était vendu aux enchères 1,35 million de dollars en 2014.

La disparition de l’acteur risque de laisser un grand vide. « Icône #PeterFonda », a simplement tweeté l’acteur Joseph Gordon-Levitt, accompagnant son message d’une photo, en noir et blanc, de Peter Fonda, veste en cuir sur les épaules et immense drapeau américain dans le dos. « Repose en Paix », a tweeté la réalisatrice américaine Ava DuVernay avec une photo datant de 2012 où elle fait un selfie avec celui qu’elle qualifie de « légendaire ».

Le réalisateur Guillermo del Toro a rendu hommage à « une âme gentille, généreuse et sage ». « Il a contribué à changer le cinéma, mais il a aussi vécu une vie pleine d’amour et rendu le monde meilleur », a-t-il continué. « Tu étais né pour être sauvage », a salué l’actrice Rosanna Arquette.

Pour célébrer le 50e anniversaire de la sortie du film Easy Rider (le 14 juillet 1969), Peter Fonda avait organisé une projection à New York le 20 septembre prochain, avec des musiciens pour interpréter la célèbre bande-son rock du film, dont l’inoubliable "Born to Be Wild" du groupe Steppenwolf.

En 1998, l’acteur avait concouru aux Oscars pour son rôle dans le film L’Or de la vie de Victor Nuñez, qui lui a valu un Golden Globe. Plus récemment, Peter Fonda avait joué Méphistophélès dans « Ghost Rider » (2007).

Son dernier film, « The Last Full Measure », avec Samuel L. Jackson, Morgan Freeman et Laurence Fishburne, doit sortir fin octobre aux Etats-Unis.

Militant écologiste de la première heure, l’acteur avait fait sensation au festival de Cannes en 2011 lorsqu’il avait qualifié le président américain de l’époque, Barack Obama, de « putain de traître » en lui reprochant sa gestion d’une marée noire dans le Golfe du Mexique provoquée par le naufrage de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon.

Peter Fonda était très actif sur Twitter, où il se montrait particulièrement critique de l’action de Donald Trump, et notamment de sa politique et sa rhétorique sur les migrants. Révolté par la séparation imposée par l’administration Trump des enfants et des parents aux familles migrants illégalement aux Etats-Unis, il avait suggéré de placer Barron Trump, le fils du président âgé de 12 ans, dans une cage en compagnie de pédophiles « pour voir si sa mère se rebelle contre l’immense abruti qu’elle a épousé ». Une réaction vivement critiquée par la Maison blanche, et pour laquelle il avait présenté ses excuses.