Palmarès du Festival Lumexplore 2019

  • Mis à jour : 17 septembre

Le palmarès du Festival Lumexplore 2019 vient d’être dévoilé

Grand Prix Lumexplore
- « L’Odyssée Interstellaire, Premier Contact » de Vincent Amouroux
Ce film nous emmène dans un voyage digne d’un film de science-fiction, basé sur des études scientifiques sur ce qu’il pourrait se passer si nous envoyions un vaisseau spatial, à quoi il pourrait ressembler, le temps qu’il lui faudrait, et les conditions qu’il pourrait trouver en explorant une planète où la vie a régné ou règne encore.

Prix de la Recherche Scientifique et Environnementale
- « Quand les Animaux parlent aux Animaux » de Jérôme-Cécil Auffret, Nous voulons comprendre les animaux ? Découvrir à quoi ils pensent et comment ils le font ? Écoutons d’abord ce qu’ils se disent. À travers le monde, des scientifiques tentent l’impossible : “craquer le code” – déchiffrer le langage animal. Que découvrent-ils ? Que pour chaque société animale la communication est cruciale. Mieux encore : pour chaque niveau d’évolution et de complexité sociale, chaque “langage animal” contient sa spécificité, son degré de sophistication, voire sa propre syntaxe, encore ignorée des hommes jusqu’à nos jours.

Prix de l’exploration Scientifique
- « Néandertal, le mystère de la grotte de Bruniquel » de Luc-Henri Fage Prod
Qui a pu pénétrer 300 mètres au fond d’une grotte des gorges de l’Aveyron pour y construire des structures composées de plus de 400 stalagmites cassées ? À quelle époque ? Et surtout, pourquoi ? Depuis la découverte de la grotte en 1990 par un jeune spéléologue du Tarn-et-Garonne, cette étonnante architecture n’a jamais révélé ses secrets. En 2014, une équipe de chercheurs a décidé d’y retourner, espérant résoudre enfin l’énigme de la grotte de Bruniquel. Pendant 4 ans, nous les avons suivis dans leur enquête. Nous sommes allés là où aucune caméra n’avait encore pu entrer, là où aucun visiteur n’aura jamais le droit de pénétrer. Nous avons accompagné ces explorateurs de la science dans les méandres de leurs recherches. À leurs côtés, nous avons assisté à l’une des plus importantes découvertes archéologiques de notre époque. Et l’homme de Néandertal
en est le héros.

Prix de l’Aventure Humaine
- « Aux Portes du Cosmos » de Serge Tignères
Phénomènes magnétiques du soleil qui engendrent les aurores boréales, et sur les farfadets, Ingénieur de vol de l’Expédition 29 de l’International Space Station, le spationaute japonais Satoshi Furukawa s’est fixé une mission supplémentaire : fournir des images inédites de phénomènes célestes (étoiles filantes, aurores boréales…) au monde entier. Il filme la fine couche d’atmosphère terrestre avec une caméra à très haute sensibilité. Cette technologie de pointe permet de capter des vues exceptionnelles, à près de 400 kilomètres, de la Terre. Cette aventure scientifique permet également de visiter l’ISS, laboratoire en orbite, en compagnie d’autres astronautes présents à l’intérieur

Mention Spéciale
- « Une espèce à Part » de Clément Morin
Une Espèce à part parle de quelque chose de pas très important. L’Homme. À tous les égards, son existence même est d’une improbabilité ridiculement microscopique. Dans l’immensité de l’univers, on ne trouve l’homme qu’à un seul endroit, infiniment restreint, une toute petite planète. Et encore, même là on ne l’y trouve que les tout derniers instant de l’histoire de cette planète. Il y partage son territoire avec une quantité impressionnante de colocataires, dont il ignore l’existence pour la plupart, même si la grande majorité est bien plus ancienne que lui. Il n’y est ni le plus grand, ni le plus rapide, ni le plus nombreux. Il n’a pas non plus le monopole de l’intelligence et s’est toujours inspiré des inventions des autres espèces. Il est particulièrement faible et peu inapte à la survie en milieu hostile, même au zénith de son succès. Il dépend totalement de la plupart des autres espèces, pour sa survie comme pour son bien-être. Et d’ailleurs, son existence même, en tant qu’Humain, n’est possible que grâce à de nombreux organismes qui l’aident à digérer ou à se protéger des maladies et des parasites. Non vraiment, pas de quoi en faire le Centre de l’Univers.

Coup de cœur du Jury
- « Fortunes de Route » de Christian Crye et Patrick Gampene
Ce film retrace l’utopie d’une bande de vieux aventuriers qui réalisent les solutions de demain. Une aventure humaine, une avancée technologique, un voyage initiatique, un Pari insensé…. Prenez un container maritime en fin de vie, grâce à la volonté de bénévoles, et après deux années d’études préliminaires, vous transformez ce container dans les chantiers de la Ciotat, face au bateau de Bill Gate. Une station photovoltaïque autonome est née, et va apporter la lumière et l’énergie électrique dans les villages du Sahel en faisant reculer l’obscurantisme. Acheminée sur les pistes sahéliennes à bord d’un MAN mythique en traversant le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, pour terminer son périple de 8500 kms dans un village isolé du Burkina Faso. Ces 5 tonnes de technologie sophistiquées offrent au petit Adelphe le rêve de pouvoir réviser ses devoirs le soir la nuit tombé, de regarder ses match de foot à la TV, à sa sœur d’avoir accès aux télé-enseignement, le cousin au poste de soudure, même le dispensaire pourra sauvegarder les médicaments au froid, et les femmes accoucher autrement qu’à la lueur d’un portable. Myriam pourra enfin
sortir ses cinq enfants de la misère avec un travail partagé avec les autres femmes du village. On pourra même électrifier la pompe à eau et purifier l’eau. Tout le village va pouvoir communiquer avec le bout du monde, l’autre monde. Dire qu’il suffisait d’une petite initiative pour transformer la vie d’un village. Ce film plein de tendresse, d’émotion et d’humanité nous fera découvrir une Afrique méconnue de l’occident. Un message d’espoir pour une nouvelle Afrique

« Prix du Public »
- « Quand les Animaux parlent aux Animaux » de Jerome-Cécil Auffret