Sorties cinéma du 29 janvier 2020

  • Mis à jour : 11 février

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 29 janvier 2020

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « CUBAN NETWORK »
29 janvier 2020 / 2h 05min / Espionnage, Thriller - De Olivier Assayas - Avec Penélope Cruz, Édgar Ramírez, Gael García Bernal - Nationalités Française, Espagnole, Brésilienne, Belge

Notes et critiques
Note de la presse : 3.2/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  :
Début 90. Un groupe de Cubains installés à Miami met en place un réseau d’espionnage. Leur mission : infiltrer les groupuscules anti-castristes responsables d’attentats sur l’île.

Critique :

- « LA VOIE DE LA JUSTICE »
29 janvier 2020 / 2h 17min / Biopic, Drame - De Destin Daniel Cretton - Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson - Nationalité Américaine

Notes et critiques
Note de la presse : 2.8/5
Note du public : 4.4/5

Synopsis  :
Le combat historique du jeune avocat Bryan Stevenson. Après ses études à l’université de Harvard, Bryan Stevenson aurait pu se lancer dans une carrière des plus lucratives. Il décide pourtant de se rendre en Alabama pour défendre ceux qui ont été condamnés à tort, avec le soutien d’une militante locale, Eva Ansley. Un de ses premiers cas - le plus incendiaire - est celui de Walter McMillian qui, en 1987, est condamné à mort pour le meurtre retentissant d’une jeune fille de 18 ans. Et ce en dépit d’un grand nombre de preuves attestant de son innocence et d’un unique témoignage à son encontre provenant d’un criminel aux motivations douteuses. Au fil des années, Bryan se retrouve empêtré dans un imbroglio de manœuvres juridiques et politiques. Il doit aussi faire face à un racisme manifeste et intransigeant alors qu’il se bat pour Walter et d’autres comme lui au sein d’un système hostile.

Critique : Télérama par Cécile Mury
La transposition, sobre et classique, ne comporte ni effets de manches ni mélo superflu. Mais propose une interprétation convaincante et un solide ­réquisitoire contre la peine de mort.

- « L’ODYSSÉE DE CHOUM »
29 janvier 2020 / 0h 38min / Animation - De Julien Bisaro, Sonja Rohleder, Carol Freeman - Avec Thierry Desroses, Prune Bozo, Oscar Pauleau - Nationalités Française, Belge

Notes et critiques
Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  :
A partir de 3 ans
Choum, la petite chouette vient juste d’éclore lorsque la tempête la pousse hors du nid. Faisant rouler le second oeuf de la nichée, la voilà qui s’élance contre vents et marées, bien décidée à trouver une maman...
Programme composé de :
- L’ODYSSÉE DE CHOUM de Julien Bisaro (France-Belgique, 2019, 26 min, animation 2D)
- LE NID (NEST) de Sonja Rohleder (Allemagne, 2019, 4 min, animation 2D) :
Dans la nuit, un drôle d’oiseau solitaire, un oiseau de paradis, est à la recherche d’une âme soeur. Pour attirer l’attention d’un nouveau partenaire, il effectue une parade nuptiale.
- L’OISEAU ET LA BALEINE (THE BIRD AND THE WHALE) de Carol Freeman (Irlande, 2019, 7 min, peinture sur verre) :
Repoussé par les siens car il ne sait pas chanter, un baleineau erre dans l’océan et brave de nombreux dangers. Lorsqu’il remonte à la surface, il rencontre un oiseau en cage, seul rescapé d’un naufrage. L’oiseau lui, chante merveilleusement bien...

Critique = Télérama par Nicolas Didier
Accompagné de deux courts métrages, Le Nid (Sonja Rohleder, 2019) et L’Oiseau et la Baleine (Carol Freeman, 2018), son Odyssée de Choum se ferait presque voler la vedette par le second : certaines de ses images, peintes sur une plaque en verre, ont la sombre beauté des marines de Turner.

- « UN JOUR SI BLANC »
29 janvier 2020 / 1h 49min / Drame - De Hlynur Palmason - Avec Ingvar Eggert Sigurðsson, Ída Mekkín Hlynsdóttir, Hilmir Snær Guðnason - Nationalités Islandaise, Danoise, Suédoise

Notes et critiques
Note de la presse : 3.5/5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  :
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Dans une petite ville perdue d’Islande, un commissaire de police en congé soupçonne un homme du coin d’avoir eu une aventure avec sa femme récemment décédée dans un accident de voiture. Sa recherche de la vérité tourne à l’obsession. Celle-ci s’intensifie et le mène inévitablement à se mettre en danger, lui et ses proches. Une histoire de deuil, de vengeance et d’amour inconditionnel.

Critique : Télérama par Hélène Marzolf
Soupçon d’adultère et désir de vengeance hantent ce drame contemplatif, exalté par la beauté sombre de la nature islandaise.

- « REVENIR »
29 janvier 2020 / 1h 17min / Drame - De Jessica Palud - Avec Niels Schneider, Adèle Exarchopoulos, Patrick d’Assumçao - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : 3.0/5
Note du public : 3.4/5

Synopsis  :
C’est la ferme où Thomas est né. C’est sa famille. Son frère, qui ne reviendra plus, sa mère, qui est en train de l’imiter, et son père, avec qui rien n’a jamais été possible. Il retrouve tout ce que qu’il a fui il y a 12 ans. Mais aujourd’hui il y a Alex, son neveu de six ans, et Mona, sa mère incandescente.

Critique = Télérama par Guillemette Odicino
L’argument n’est certes pas neuf (reste-t-on prisonnier, à jamais, de sa terre natale ?), mais il est tendu par un thème sous-jacent, habilement traité : la charge, pour le cadet d’une famille, de prendre la place du mort…

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « JOJO RABBIT »
29 janvier 2020 / 1h 48min / Guerre, Comédie dramatique - De Taika Waititi - Avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson - Nationalité Américaine

Notes et critiques
Note de la presse : 3.1/5
Note du public : 4.0/5

Synopsis  :
Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle.

Critique : Télérama par Jacques Morice
Familial, loufoque et humaniste.

- « WAVES »
29 janvier 2020 / 2h 16min / Drame - De Trey Edward Shults - Avec Kelvin Harrison Jr., Taylor Russell McKenzie, Sterling K. Brown - Nationalité Américaine

Notes et critiques
Note de la presse : 2.8/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis  :
Le parcours des membres d’une famille afro-américaine, menée par un patriarche protecteur, mais très exigeant, sur les eaux troubles du malheur et du deuil. Un chemin douloureux qui finira par les rassembler sur les rives de l’amour et du pardon, si tant est qu’ils parviennent à accepter de lâcher prise.

Critique : Télérama par Frédéric Strauss
Avec ce scénario qui oppose dislocation et respect des liens du sang, le réalisateur construit une parabole d’inspiration chrétienne sur le rachat et le pardon. Ses bonnes intentions font parfois naître l’émotion mais frôlent la leçon de morale. Le fond swingue moins que la forme.

- « LES TRADUCTEURS »
29 janvier 2020 / 1h 45min / Thriller - De Regis Roinsard - Avec Lambert Wilson, Olga Kurylenko, Riccardo Scamarcio - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : 2.8/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis  :
Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l’extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d’un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu’un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d’où vient la fuite ?

Critique : Télérama par Frédéric Strauss
Avec ce scénario qui oppose dislocation et respect des liens du sang, le réalisateur construit une parabole d’inspiration chrétienne sur le rachat et le pardon. Ses bonnes intentions font parfois naître l’émotion mais frôlent la leçon de morale. Le fond swingue moins que la forme.

- « MISSION YÉTI »
29 janvier 2020 / 1h 24min / Animation, Aventure - De Pierre Gréco, Nancy Florence Savard - Avec Rachelle LeFevre, Noel Fisher, Julian Stamboulieh - Nationalité Canadienne

Notes et critiques
Note de la presse : 2.6/5
Note du public : 2.8/5

Synopsis =
A partir de 6 ans
Que ?bec, 1956. Les destins de Nelly Maloye, de ?tective prive ?e de ?butante et Simon Picard, assistant de recherche en sciences, se croisent accidentellement. Soutenus par un me ?ce ?ne ambitieux, Maloye, intuitive et chaotique, et Picard, me ?thodique et obsessionnel, se lancent dans une aventure visant a prouver l’existence du Ye ?ti. Pour y arriver, Simon compte sur le journal d’un explorateur pour les mener au repaire de la cre ?ature mythique. Accompagne ?s de Tensing, un jeune guide Sherpa, et de Jasmin, un mainate bavard, ils sont confronte ?s a ? de nombreux dangers au cœur de l’Himalaya.

Critique = Télérama par Jérémie Couston
Tout est charmant dans ce film d’animation en 3D pour enfants : le duo d’explorateurs en herbe, leur pointe d’accent québécois, l’idée, joliment nostalgique, d’avoir situé l’action dans les années 1950, décennie des grandes expéditions en Himalaya.

TELERAMA N’AIME PAS MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS ALLER LE VOIR

Cotation 2/5

- « LA BATAILLE GÉANTE DE BOULES DE NEIGE 2, L’INCROYABLE COURSE DE LUGE »
29 janvier 2020 / 1h 22min / Animation, Famille - De Benoit Godbout, François Brisson - Avec Céline Ronte, Thomas Sagols, Hervé Grull - Nationalité Canadienne

Notes et critiques
Note de la presse : 2.5/5
Note du public : 2.8/5

Synopsis =
La bataille Géante de Boules de Neige revient sur vos écrans après son succès de 2016 pour un 2ème épisode encore plus givré : l’incroyable Course de Luge, une folle aventure à travers le grand nord Canadien mais aussi et surtout à travers les épreuves, les petites et grandes victoires de l’enfance.
Pour François Les Lunettes, gagner la course de luge est devenu une habitude. Vainqueur depuis cinq ans, François et sa pilote Sophie doivent cependant laisser la coupe à leur adversaire, un petit arrogant nouvellement arrivé au village, le mystérieux et ténébreux Zac. Mais ce dernier n’a aucun scrupule à tricher. François et sa bande qui veulent leur revanche à la loyale cette fois-ci, vont alors lui réserver quelques surprises.

Critique : Télérama par Jérémie Couston
De la construction des engins à la ­compétition, en passant par de vils ­sabotages, les plus jeunes apprendront les vertus de la solidarité et de l’esprit d’équipe. Bilan : niaiserie, absence d’humour et de second degré, mais beuglantes de Garou et Corneille — dans la version française.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOUS FAIRE UN

- « L’ESPRIT DE FAMILLE »
29 janvier 2020 / 1h 38min / Comédie - De Eric Besnard - Avec Guillaume De Tonquédec, François Berléand, Josiane Balasko - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : 2.6/5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  :
Alexandre s’embrouille une nouvelle fois avec son père Jacques. A priori, il ne devrait pas, car ce dernier vient de décéder, mais Jacques, ou plutôt son esprit, est bien là, à râler à ses côtés. Et comme Alexandre est le seul à le voir et donc à lui parler, sa mère, sa femme et son frère commencent à s’inquiéter de son étrange comportement.

Critique : Première par Sophie Benamon
Le procédé n’est, certes, pas nouveau. Papa est un fantôme de Sidney Poitier en 1990 – pour n’en citer qu’un parmi de nombreux autres – développait déjà cet argument. Mais L’Esprit de famille évite le mélo et le pompier en parvenant à garder un délicat équilibre entre mélancolie et sarcasme.

- « HISTOIRE D’UN REGARD »
29 janvier 2020 / 1h 33min / Documentaire - De Mariana Otero - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : 3.9/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis  :
Gilles Caron, alors qu’il est au sommet d’une carrière de photojournaliste fulgurante, disparaît brutalement au Cambodge en 1970. Il a tout juste 30 ans. En l’espace de 6 ans, il a été l’un des témoins majeurs de son époque, couvrant pour les plus grands magazines la guerre des Six Jours, mai 68, le conflit nord-irlandais ou encore la guerre du Vietnam. Lorsque la réalisatrice Mariana Otero découvre le travail de Gilles Caron, une photographie attire son attention qui fait écho avec sa propre histoire, la disparition d’un être cher qui ne laisse derrière lui que des images à déchiffrer. Elle se plonge alors dans les 100 000 clichés du photoreporter pour lui redonner une présence et raconter l’histoire de son regard si singulier._

Critique : Télérama par Frédéric Strauss
Une immersion passionnée dans l’œuvre du photoreporteur Gilles Caron, disparu au Cambodge à 30 ans, en 1970.

- « LE LION »
29 janvier 2020 / 1h 35min / Comédie, Espionnage - De Ludovic Colbeau-Justin - Avec Dany Boon, Philippe Katerine, Anne Serra - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : 2.4/5
Note du public : 2.4/5

Synopsis  :
Pour l’aider à retrouver sa fiancée disparue, Romain, médecin en hôpital psychiatrique n’a d’autre choix que de faire évader l’un de ses patients Léo Milan, qui prétend être un agent secret…
Mais Romain n’est pas tout à fait sûr d’avoir fait le bon choix, Léo dit « le Lion » est-il vraiment un agent secret ou simplement un gros mytho ?

Le film se voulait un hommage aux grands films d’action populaires français des années 70-80, or le duo Dany Boon et Philippe Katerine ne fonctionne pas. Et le scénario, quasi inexistant, n’aide pas.

Critique :

- « LA BEAUTÉ DES CHOSES »
29 janvier 2020 / 2h 05min / Drame, Erotique, Romance, Guerre - De Bo Widerberg - Avec Johan Widerberg, Marika Lagercrantz, Tomas Von Brömssen - Nationalités Danoise, Suédoise

Notes et critiques
Note de la presse : 2.4/5 LA BEAUTÉ DES CHOSES
Note du public : 2.5/5

Synopsis  :
Interdit aux moins de 12 ans
1943. Alors que ses camarades sont très occupés à parler de sexualité, un trouble s’installe entre Stig, jeune lycéen et son professeur Viola. Stig est attiré par cette femme belle et mature, Viola aime chez Stig sa jeunesse et son innocence. Ils deviennent vite amants. Mais Stig rencontre fortuitement Frank, le mari de Viola, représentant de commerce, alcoolique et fantasque. Une étrange relation d’amitié va naître entre eux.

Critique :

« BOTERO »
29 janvier 2020 / 1h 22min / Documentaire - De Don Millar - Nationalités Canadienne, Colombienne

Notes et critiques
Note de la presse : 2.0/5
Note du public : 2.9/5

Synopsis  :
Botero est l’artiste le plus exposé au monde, son style est aisément reconnaissable. Mais derrière le peintre, quel personnage, quelle vie. Fernando Botero, âgé de 86 ans. Nous suivons un peintre autodidacte inconnu de la province de Medellin en 1932, qui se propulse au sommet du monde de l’art. Le film réunit l’homme et son art pour capturer l’essence de Botero : la résolution tranquille et la force de caractère qui lui ont permis de vaincre la pauvreté, des décennies de critiques acerbes et la mort tragique de son fils de quatre ans. C’est une chronique poétique d’une vie inspirante et un regard en coulisse sur le pouvoir d’une vision artistique unique.

Critique :

- « C’EST ASSEZ BIEN D’ÊTRE FOU »
29 janvier 2020 / 1h 02min / Animation, Documentaire - De Antoine Page - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : /5

Synopsis  :
Au volant d’un vieux camion, Zoo Project, street artiste, et Antoine, réalisateur, se lancent dans un voyage de plusieurs mois jusqu’aux confins de la Sibérie. Au fil des pannes du camion et des rencontres avec les habitants s’improvise une aventure qui les mènera des montagnes des Carpates au port de Vladivostok. Un road-movie artistique, raconté en dessins et vidéo.

Critique :

- « DES GENS PASSENT ET J’EN OUBLIE »
29 janvier 2020 / 0h 52min / Comédie dramatique - De Laurent Poncelet - Avec Salim Benayeche, Martina Coblentz, Christophe Delachaux - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : /5

Synopsis  :
Gaspard occupe ses nuits à lire l’Odyssée. Quand Polo, qui prétend être son cousin, débarque chez lui pour s’y installer avec son sac à dos rempli de liasses de CV, son quotidien s’en trouve chamboulé. A quelques rues de là, Bob hurle à la fenêtre de Josianne des insultes et des je t’aime pour qu’elle lui ouvre la porte. Pierre-Henri Brahim qui le repère se dit qu’il a trouvé un copain. Fred erre dans les rues avec sa jambe folle. Tous finissent par se retrouver chez Josianne et apprennent qu’elle va être expulsée de son logement. Ils décident alors d’agir… Aux marges de la société, chacun des personnages est un monde en soi. Extravagants et attachants, ils sont les protagonistes d’une comédie sociale qui aborde avec un humour décapant et beaucoup de tendresse la question de la marginalisation sociale.

Critique :

- « LES MÉLANCOLIES DE SADE »
29 janvier 2020 / 1h 13min / Drame, Biopic - De Guy Marignane - Avec Didier Sauvegrain, Catherine Gandois, Sarah-Jane Sauvegrain - Nationalité Française

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : /5

Synopsis  :
Durant les dernières années de sa vie, le Marquis de Sade est emprisonné. Seul face à ses errances, cet homme de Lettres écrit presque chaque jour. On découvre ainsi un être d’une complexité exquise : à travers sa douloureuse introspection se dessine un homme amoureux, visionnaire mais aussi un être fragile et terriblement humain… ce récit va à l’encontre des présupposés sur Sade.

Critique :