Sorties cinéma du 4 mars 2020

  • Mis à jour : 14 mars

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du mercredi 4 mars 2020

TELERAMA AIME PASSIONNEMENT

Cotation 5/5

- « MONOS »
4 mars 2020 / 1h 43min / Drame - De Alejandro Landes - Avec Julianne Nicholson, Moises Arias, Sofia Buenaventura - Nationalités Colombien, Argentin, Néerlandais, Allemand, Suédois, Uruguayen

Notes et critiques
Note de la presse : 3.9/5
Note du public : 3.7/5

Synopsis  :
Interdit aux moins de 12 ans
Dans ce qui ressemble à un camp de vacances isolé au sommet des montagnes colombiennes, des adolescents, tous armés, sont en réalité chargés de veiller à ce que Doctora, une otage américaine, reste en vie. Mais quand ils tuent accidentellement la vache prêtée par les paysans du coin, et que l’armée régulière se rapproche, l’heure n’est plus au jeu mais à la fuite dans la jungle...

Critique : Télérama par Jérémie Couston
Un film-trip, au sens narcotique du terme, dont on ressort chamboulé, essoré, persuadé d’avoir assisté à la naissance d’un grand cinéaste, Alejandro Landes [...].

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « EN AVANT »
4 mars 2020 / 1h 40min / Animation, Fantastique - De Dan Scanlon - Avec Thomas Solivérès, Pio Marmai, Tom Holland - Nationalité Américain

Notes et critiques
Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 4.1/5

Synopsis  :
A partir de 6 ans
Dans la banlieue d’un univers imaginaire, deux frères elfes se lancent dans une quête extraordinaire pour découvrir s’il reste encore un peu de magie dans le monde.

Critique : Télérama par Cécile Mury
Tout fait sens, en douceur et en profondeur, dans cette fable familiale.

- « SI C’ÉTAIT DE L’AMOUR »
4 mars 2020 / 1h 22min / Documentaire - De Patric Chiha - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : 3.9/5
Note du public : 3.3/5

Synopsis  :
Ils sont quinze jeunes danseurs, d’origines et d’horizons divers. Ils sont en tournée pour danser Crowd, une pièce de Gisèle Vienne inspirée des raves des années 90, sur l’émotion et la perception du temps. En les suivant de théâtre en théâtre, Si c’était de l’amour documente leur travail et leurs étranges et intimes relations. Car les frontières se troublent. La scène a l’air de contaminer la vie – à moins que ce ne soit l’inverse. De documentaire sur la danse, le film se fait alors voyage troublant à travers nos nuits, nos fêtes, nos amours.

Critique = Télérama par Jacques Morice
De ce voyage tellurique dans la nuit se dégage quelque chose d’éminemment spirituel et physique à la fois, pour ne pas dire érotique.

- « LA COMMUNION »
4 mars 2020 / 1h 58min / Drame - De Jan Komasa - Avec Bartosz Bielenia, Eliza Rycembel, Aleksandra Konieczna - Nationalités Polonais, Français

Notes et critiques
Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 3.9/5

Synopsis  :
Interdit aux moins de 12 ans
Daniel, 20 ans, se découvre une vocation spirituelle dans un centre de détention pour la jeunesse mais le crime qu’il a commis l’empêche d’accéder aux études de séminariste. Envoyé dans une petite ville pour travailler dans un atelier de menuiserie, il se fait passer pour un prêtre et prend la tête de la paroisse. L’arrivée du jeune et charismatique prédicateur bouscule alors cette petite communauté conservatrice.

Critique : Télérama par Guillemette Odicino
Porté par un suspens immanent [...] et une mise en scène naturaliste mais tendue, où le cinéaste dispose superbement le jeune charismatique au milieu de ses ouailles, le film passionne sur le mystère du sacerdoce.

- « THEE WRECKERS TETRALOGY - UN TRIP ROCK DE ROSTO »
4 mars 2020 / 1h 10min / Animation, Fantastique, Musical - De Rosto - Avec W. Walley, W. Folley, W. Rooney - Nationalités Néerlandais, Français, Belge

Notes et critiques
Note de la presse : 3.0/5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  :
Quatre mecs, un groupe. Quatre histoires, un film : Thee Wreckers Tetralogy.
Un cadavre exquis s’attachant aux déambulations d’un groupe de rock virtuel, où la musique redonne vie aux fantômes et ravive les souvenirs, les illusions, les sacrifices. Un trip musical résolument Rock, convoquant l’esprit des artistes, à la fois jeunes, vieux, morts et éternels

Critique : Télérama par Jérémie Couston
Quatre courts métrages, trésors de gothique et d’absurde, de l’artiste protéiforme Rosto, mort il y a un an.

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « WOMAN »
4 mars 2020 / 1h 48min / Documentaire - De Anastasia Mikova, Yann Arthus-Bertrand - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 3.9/5

Synopsis  :
WOMAN est un projet mondial qui donne la parole à 2.000 femmes à travers 50 pays différents. Cette très large échelle, n’empêche pas le film d’offrir un portrait véritablement intimiste de celles qui représentent la moitié de l’humanité.
Ce documentaire est l’occasion de révéler au grand jour les injustices que subissent les femmes partout dans le monde. Mais avant tout, il souligne la force intérieure des femmes et leur capacité à changer le monde, en dépit des multiples difficultés auxquelles elles sont confrontées. WOMAN, qui repose sur des entretiens à la première personne, aborde des thèmes aussi variés que la maternité, l’éducation, le mariage et l’indépendance financière, mais aussi les règles et la sexualité.
À travers ce film, vous découvrirez la parole des femmes comme vous ne l’aviez jamais entendue auparavant.

Critique : Télérama par Aude Dassonville
Aussi admirables soient ces femmes, difficile de faire plus consensuel…

- « HAINGOSOA »
4 mars 2020 / 1h 12min / Drame - De Edouard Joubeaud - Avec Haingosoa Vola, Marina Amagoa, Remanindry - Nationalités Français, Malgache

Notes et critiques
Note de la presse : 3.4/5
Note du public : 3.5/5

Synopsis =
Haingo, jeune mère célibataire du sud de Madagascar, ne parvient pas à payer la scolarité de sa fille. Quand une compagnie de danse de la capitale lui propose un contrat à l’essai, Haingo saisit cette chance, quitte sa famille et monte à Tananarive. Elle n’a que quelques jours pour apprendre une danse qui lui est totalement étrangère.

Critique = Télérama par Louis Guichard
Édouard Joubeaud, jadis le "Jacquot de Nantes" enfant d’Agnès Varda, réussit un film que la grande cinéaste aurait ­aimé : solaire, semi-documentaire, ouvert à l’imprévu, débordant d’affection pour tous ceux qu’il met en lumière.

- « LA DANSE DU SERPENT »
4 mars 2020 / 1h 22min / Drame - De Sofia Quiros Ubeda - Avec Smashleen Gutiérrez, Humberto Samuels, Hortensia Smith - Nationalités Costaricain, Argentin, Chilien, Français

Notes et critiques
Note de la presse : 3.1/5
Note du public : 2.7/5

Synopsis  :
Selva (13 ans) vit dans une ville côtière des Caraïbes. Après la disparition soudaine de sa seule figure maternelle, Selva est la seule qui reste pour prendre soin de son grand-père, qui ne veut plus vivre. Entre ombres mystérieuses et jeux sauvages, elle se demande si elle aidera son grand-père à réaliser son désir, même si cela peut impliquer de traverser ses derniers moments d’enfance.

Critique = Télérama par Frédéric Strauss
Une belle étrangeté plane sur ce monde exotique que la réalisatrice arrache aux préoccupations sociales, tiers-mondistes.

- « OSKAR ET LILY »
4 mars 2020 / 1h 42min / Drame - De Arash T. Riahi - Avec Leopold Pallua, Rosa Zant, Christine Ostermayer - Nationalité Autrichien

Notes et critiques
Note de la presse : 3.5/5
Note du public : 2.9/5

Synopsis  :
Oskar et Lily, deux enfants tchétchènes sont sur le point d’être expulsés d’Autriche avec leur mère. Suite à une tentative désespérée de leur maman pour les protéger, l’expulsion est suspendue mais Oskar et Lily sont séparés et chacun placés dans une famille d’accueil. L’espoir des enfants de retrouver leur mère se nourrit de leur amour réciproque et met au défi tous les obstacles de la bureaucratie avec passion et poésie...

Critique : Télérama par Marie Sauvion
Sujet lourd mais film plat : il ne suffit pas de faire tournoyer la caméra pour pallier la naïveté de cette histoire racontée à hauteur d’enfants.

- « WHERE IS JIMI HENDRIX ? »
4 mars 2020 / 1h 33min / Comédie, Drame - De Marios Piperides - Avec Adam Bousdoukos, Fatih Al, Vicky Papadopoulou - Nationalités Allemand, Chypriote, Grec

Notes et critiques
Note de la presse : 2.8/5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  :
Yiannis, musicien raté, a décidé de quitter Chypre pour démarrer une nouvelle vie à l’étranger. Mais quand le chien de son ex, surnommé Jimi Hendrix, lui échappe et s’enfuit dans la partie turque de l’île, il doit mettre son projet de côté.

Critique : Télérama par Marie Sauvion
Ce meilleur atout de ce premier film, c’est ce décor de rêve plongé en plein cauchemar depuis sa partition, en 1974. Sous le soleil, ces péripéties absurdes entre frères ennemis, douaniers inflexibles et contrebandiers en bermuda ont des airs de Kafka en tongs.

TELERAMA N’AIME PAS MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR NE PAS ALLER LE VOIR

Cotation 2/5

- « DE GAULLE »
4 mars 2020 / 1h 49min / Historique, Biopic, Guerre - De Gabriel Le Bomin - Avec Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : 2.9/5
Note du public : 3.5/5

Synopsis  :
Mai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l’Histoire. Sa femme, Yvonne de Gaulle, est son premier soutien, mais très vite les évènements les séparent. Yvonne et ses enfants se lancent sur les routes de l’exode. Charles rejoint Londres. Il veut faire entendre une autre voix : celle de la Résistance.

Critique : Première par Christophe Narbonne
La droiture du personnage, sa pudeur, son lyrisme un peu obsolète en font finalement quelqu’un d’assez peu romanesque, inadapté à la fiction.

TELERAMA N’A PAS D’AVIS A VOUS DE VOUS FAIRE UN

- « PAPI-SITTER »
4 mars 2020 / 1h 37min / Comédie - De Philippe Guillard - Avec Gérard Lanvin, Olivier Marchal, Camille Aguilar - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : 3.3/5
Note du public : 3.3/5

Synopsis  :
Franck et Karine sont obligés de confier leur fille Camille, censée réviser son bac, à son grand-père André, gendarme retraité et psychorigide à souhait. La situation se gâte quand l’autre grand-père, Teddy, ancien gérant de boites de nuit peu fréquentables, débarque à l’improviste ! La cohabitation entre les papis s’avère plus que compliquée et Camille va profiter de leurs querelles pour vivre sa vie comme elle l’a décidé...

Critique : Première par Nicolas Bellet
Si l’ensemble, énième variation autour d’un thème qui commence à s’essouffler, n’est certainement pas d’une grande originalité, il a le mérite de ne pas avoir la prétention de l’être.

- « LES PETITS CONTES DE LA NUIT »
4 mars 2020 / 0h 40min / Animation - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 2.9/5

Synopsis =
A partir de 3 ans
Une histoire, un câlin, un bon lit, il en faut peu pour bien dormir !
Six contes-doudous pour aborder avec les tout-petits l’univers du sommeil et de la nuit.

Critique :

- « TROUBLE »
4 mars 2020 / 1h 15min / Drame - De Catherine Diran - Avec Catherine Diran, Evelyne Granjean, Lionel Tua - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 3.2/5

Synopsis  :
Valencia, Espagne. Ana se bat avec le tournage de son premier film. Elle est au bord du gouffre : le tournage se passe mal, les travaux de l’appartement qu’elle vient d’acheter n’en finissent plus, son mec refuse de venir l’aider. Pour couronner le tout, la mère d’Ana débarque avec sa valise de non-dits, et les conflits que ça engendre avec sa fille. Mais Ana a une particularité : elle est épileptique. Avec tout ce que ça comporte d’interdits. Eviter le stress : un tournage à l’étanger avec deux balles en poche, un chantier espagnol, c’est 100% stress. Ne pas boire : à chaque coin de rue il y a une terrasse, 100% impossible de résister à une bière. Un homme qui l’insécurise, une mère névrosée qui ne veut jamais parler avec elle de sa maladie : c’est 100% émotions dévastatrices...Un challenge un peu rude pour Ana, qui tente tant bien que mal de s’en tirer. Un seul exutoire pour Ana : Ecouter du Boléro. Ce qu’elle fait précisément le soir où tout va basculer dans sa vie...

Critique :