Sortie cinéma du 24 juin 2020

  • Mis à jour : 6 juillet

Critiques extraites de Télérama et autres magazines dont Allociné et Première

Sorties du Mercredi 24 juin 2020

TELERAMA AIME BEAUCOUP

Cotation 4/5

- « VOYAGE EN KABYLIE »
24 juin 2020 / 1h 20min / Drame - De Hace Mess, Mathieu Tuffreau - Avec Lamia Zerioul, Dahbia Hammache, Zahir Messaoudène - Nationalités Français, Algérien

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 3.0/5

Synopsis  :
Zahir, qui vit dans un petit village de Kabylie, découvre à la mort de son père l’existence d’un frère en France, Mathieu. Il l’invite dans son pays où il lui demande de ne rien dire à leur soeur Lamia, qui cherche à en savoir plus.

Critique :

- « PARKOUR(S) »
24 juin 2020 / 1h 21min / Comédie dramatique - De Fatma Zohra Zamoum - Avec Adila Bendimered, Nazim Halladja, Houda Hachemi - Nationalité Algérien

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 2.9/5

Synopsis  :
Un matin, un vendeur à la sauvette, Youcef, une aide cuisinière, Salima, une chanteuse, Sonia se dirigent tous vers une salle de mariage pour le mariage de Kamila et Khaled. Une journée extraordinaire pour tous.

Critique :

- « AMOUR 65 »
24 juin 2020 / 1h 30min / Drame - De Bo Widerberg - Avec Keve Hjelm, Ann-Marie Gyllenspetz, Inger Taube - Nationalité Suédois

Notes et critiques
Note de la presse : 3.7/5
Note du public : 3.2/5

Synopsis  :
Cinéaste en vue, Keve est marié à la belle Ann-Marie avec qui il a une petite fille. Mais le mariage bat de l’aile et Keve peine à trouver l’inspiration. Comme chaque été, Keve organise une fête dans sa villa du bord de mer avec ses amis, mais cette année, 3 nouveaux arrivants s’invitent à la fête : Björn, sa femme Evabritt et l’acteur Ben Carruthers...

Critique : Les Inrockuptibles par Vincent Ostria
"Amour 65" n’a rien d’un pensum branché (sixties) et témoigne d’une constante liberté de ton et de narration (...). La mise en scène, toute aussi inventive et disparate, joue des échelles de plan, des ellipses...

TELERAMA AIME UN PEU

Cotation 3/5

- « MIDNIGHT RUNNER »
24 juin 2020 / 1h 32min / Biopic, Drame - De Hannes Baumgartner - Avec Max Hubacher, Annina Euling, Sylvie Rohrer - Nationalité Suisse

Notes et critiques
Note de la presse : 3.2/5
Note du public : 2.8/5

Synopsis  :
Jonas Widmer est l’un des meilleurs coureurs de fond en Suisse. Sa grande ambition est de courir le marathon aux Jeux Olympiques. En parallèle, il est cuisinier et s’apprête à emménager avec sa petite amie, Simone. Mais cette vie bien normée, Jonas la conduit méticuleusement et au prix d’efforts surhumains pour ne pas céder aux pulsions meurtrières qui l’envahissent. Incapable d’exprimer sa souffrance émotionnelle, la vie de Jonas se transforme progressivement en un parcours d’endurance pour ne pas sombrer.

Critique : Télérama par Jérémie Couston
Le premier film sous influence, donc, d’un jeune réalisateur à suivre.

- « JEUNESSE SAUVAGE »
22 juin 2020 / 1h 20min / Drame - De Frédéric Carpentier - Avec Pablo Cobo, Darren Muselet, Léone François - Nationalités Français, Belge - Nationalité Suédois

Notes et critiques
Note de la presse : 2.7/5
Note du public : 3.8/5

Synopsis  :
Raphaël, le chef d’une bande de jeunes voleurs de rues, voit son autorité menacée par Kevin, son fidèle lieutenant. Pour garder le pouvoir, il doit affronter la trahison et un univers de plus en plus violent, où les armes remplacent les poings.

Critique : Télérama par La Rédaction
Malgré quelques traits de tragédie forcés, l’immersion, naturaliste et documentée, dans ce monde de petits voleurs à la tire séduit.

- « J’IRAI DÉCROCHER LA LUNE »
24 juin 2020 / 1h 32min / Documentaire - De Laurent Boileau - Nationalité Français

Notes et critiques
Note de la presse : /5
Note du public : 3.5/5

Synopsis  :
Quand on a la trentaine, être indépendant semble tout à fait normal. Mais quand on a un chromosome en plus, ce n’est pas une évidence !
Stéphanie, Robin, Elise, Gilles-Emmanuel, Eléonore et Mario rêvent d’une vie ordinaire. Avec humour et sensibilité, ils nous racontent leur volonté et leur capacité à s’insérer dans la société et le marché du travail. Ces témoignages sincères, sans filtre et sans complaisance interrogent notre rapport à la différence et nous amènent à porter un nouveau regard sur la trisomie 21.

Critique :