bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5 bandeau 6

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > EVENEMENTS CINEMA > Les festivals > Palmarès du Festival du Film italien d’Annecy 2020

Palmarès du Festival du Film italien d’Annecy 2020

  • Mis à jour : 28 septembre

PALMARES DU FESTIVAL DU FILM ITALIEN 2020

- PRIX DU MEILLEUR FILM - « L’AGNELLO », de Mario Piredda
Ce film nous a fait voyager au coeur d’une Sardaigne aussi fougueuse et sauvage que la rousse chevelure de l’actrice qu’il révèle, l’éclatante Nora Stassi. C’est aussi pour nous le film de ce « concorso » 2020 qui est parvenu à allier le mieux tous les éléments qui nous embarquent de l’autre côté de l’écran : des personnages forts et bien incarnés, une intrigue prenante et qui se déploie avec efficacité, une image qui vient servir le propos, pour créer une émotion unique. Nous avons suivi pas à pas le combat d’Anita dans L’Agnello de Mario Piredda.

- PRIX DE LA MEILLEURE RÉALISATION - « PUNTASACRA » de Francesca Mazzoleni
Dès les premières images, c’est une beauté fragile qui s’empare de nous, aussi fragile et pleine de vie que l’histoire et le combat que les habitants d’Idroscalo di Ostia portent avec eux : conserver leur terre et leur quartier. Centré sur le quotidien et les paroles de quelques familles, puissant dans certains dialogues saisis à vif et avec les reflets uniques de la mer illuminant ses personnages, ce documentaire à la photo scintillante ne tombe jamais dans l’autopsie pour toujours rester chaleureux et humain. Le Prix de la meilleure réalisation va à Punta Sacra de Francesca Mazzoleni, une réalisatrice que nous suivrons avec attention dans les années à venir.

- ART CINEMA AWARD - CICAE - « PUNTASACRA » de Francesca Mazzoleni
Le film concentre son regard sur une société oubliée, (presque toutes des femmes) qui mènent une bataille sacrée pour leur terre, donnant à l’histoire un visage à une souffrance universellement comprise ; le droit de se battre et de préserver sa maison et sa culture. La capacité du réalisateur à montrer cette communauté sous sa forme la plus brute est un talent qui doit être mis en valeur. Mazzoleni laisse les protagonistes parler de leur attachement à la terre et suit les femmes, jeunes et moins jeunes, alors qu’elles organisent des événements pour sensibiliser leur communauté. Le film est magnifiquement tourné et la photographie est fascinante de manière naturelle, laissant tout le temps les protagonistes du film s’exprimer librement.

- PRIX DU JURY JEUNE - « L’AGNELLO », de Mario Piredda
Ce film n’est pas soutenu par une grande production, mais les acteurs étaient incroyables et les images de la Sardaigne, où le film a été tourné, étaient tout simplement magnifiques. Nous avons beaucoup aimé la belle amitié entre Anita et son père et la force des deux personnages. C’est un film très agréable à regarder et qui laisse quelque chose à interpréter au spectateur, l’agneau. Nous pensons personnellement que le petit agneau représente l’espoir, une caractéristique qu’Anita avait du début à la fin.

-  PRIX DU PUBLIC - « L’AGNELLO », de Mario Piredda