BAFTA 2021 : Le Palmarès

  • Mis à jour : 26 avril

BAFTA 2021 : Le Palmarès

Nouveau sacre pour le film "Nomadland" de Chloé Zhao ! Le long-métrage, déjà récompensé à plusieurs reprises, a été désigné meilleur film lors de l’édition 2021 des Bafta.

Sans plus tarder l’ensemble du palmarès de la 74e cérémonie britannique qui s’est tenue le dimanche 11 avril 2021.

  • Meilleur film : « NOMADLAND » de Chloé Zhao
    Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.
  • Meilleure actrice : Frances McDormand pour « NOMADLAND »
  • Meilleur acteur : Anthony Hopkins pour « THE FATHER »
  • Meilleure réalisation : Chloé Zhao pour « NOMADLAND »
  • Meilleure révélation : Bukky Bakray dans « ROCKS »

    Synopsis =
    Rocks, 15 ans, vit à Londres avec sa mère et son petit frère. Quand du jour au lendemain leur mère disparait, une nouvelle vie s’organise avec l’aide de ses meilleures amies. Rocks va devoir tout mettre en oeuvre pour échapper aux services sociaux.
  • Meilleure adaptation : « THE FATHER » - Florian Zeller
    Synopsis =
    Anthony a bientôt 80 ans. Il vit seul dans son appartement de Londres et refuse toutes les aides-soignantes que sa fille, Anne, tente de lui imposer. Cette dernière y voit une nécessité d’autant plus grande qu’elle ne pourra plus passer le voir tous les jours : elle a en effet pris la décision de partir vivre à Paris pour s’installer avec l’homme qu’elle vient de rencontrer…
    Mais alors, qui est cet étranger sur lequel Anthony tombe dans son salon, et qui prétend être marié avec Anne depuis plus de dix ans ? Et pourquoi affirme-t-il avec conviction qu’ils sont chez eux, et non chez lui ? Anthony est-il en train de perdre la raison ? Pourtant, il reconnaît les lieux : il s’agit bien de son appartement, et la veille encore, Anne lui rappelait qu’elle avait divorcé… Et n’a-t-elle pas justement prévu de partir vivre à Paris ? Alors pourquoi affirme-t-elle maintenant qu’il n’en a jamais été question ? Quelque chose semble se tramer autour de lui, comme si le monde, par instant, avait cessé d’être logique. À moins que sa fille, et son nouveau compagnon, tentent de le faire passer pour un fou ? Ont-ils pour objectif de lui prendre son appartement ? Veulent-ils se débarrasser de lui ? Et où est Lucy, son autre fille ? Égaré dans un labyrinthe de questions sans réponse, Anthony tente désespérément de comprendre ce qui se passe autour de lui.
  • Meilleure actrice dans un second rôle : Yuh-Jung Youn pour « MINARI »

    Synopsis =
    Une famille américaine d’origine sud-coréenne s’installe dans l’Arkansas où le père de famille veut devenir fermier. Son petit garçon devra s’habituer à cette nouvelle vie et à la présence d’une grand-mère coréenne qu’il ne connaissait pa
  • Meilleur scénario original : « PROMISING YOUNG WOMAN » - Emerald Fennell
    Synopsis =
    Tout le monde s’entendait pour dire que Cassie était une jeune femme pleine d’avenir…jusqu’à ce qu’un évènement inattendu ne vienne tout bouleverser. Mais rien dans la vie de Cassie n’est en fait conforme aux apparences : elle est aussi intelligente que rusée, séduisante que calculatrice et mène une double vie dès la nuit tombée. Au cours de cette aventure passionnante, une rencontre inattendue va donner l’opportunité à Cassie de racheter les erreurs de son passé.
  • Meilleur acteur dans un second rôle : Daniel Kaluuya pour « JUDAS AND THE BLACK MESSIAH »

    Synopsis =
    Focus sur l’ascension de Fred Hampton, militant politique afro-américain, membre du Black Panther Party dans l’Illinois, décédé en décembre 1969 à l’âge de vingt-et-un ans.
  • Meilleur long-métrage d’animation : « SOUL » - Pete Docter, Kemp Powers
    Synopsis =
    Passionné de jazz et professeur de musique dans un collège, Joe Gardner a enfin l’opportunité de réaliser son rêve : jouer dans le meilleur club de jazz de New York. Mais un malencontreux faux pas le précipite dans le « Grand Avant » – un endroit fantastique où les nouvelles âmes acquièrent leur personnalité, leur caractère et leur spécificité avant d’être envoyées sur Terre. Bien décidé à retrouver sa vie, Joe fait équipe avec 22, une âme espiègle et pleine d’esprit, qui n’a jamais saisi l’intérêt de vivre une vie humaine. En essayant désespérément de montrer à 22 à quel point l’existence est formidable, Joe pourrait bien découvrir les réponses aux questions les plus importantes sur le sens de la vie.
  • Meilleure Musique  : « SOUL - » Trent Reznor, Atticus Ross, Jon Batiste
  • Meilleur film documentaire  : « LA SAGESSE DE LA PIEUVRE » de Pippa Ehrlich et James Reed
  • Synopsis =
    Une amitié inattendue se noue entre un réalisateur et une pieuvre vivant dans une forêt de kelp sud-africaine et qui partage avec lui les mystères de son monde.
  • Meilleur film en langue étrangère : « DRUNK » - Thomas Vinterberg
    Synopsis =
    Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.
  • Meilleure révélation pour un scénariste, réalisateur ou producteur britannique : Remi Weekes pour « HIS HOUSE »
    Synopsis =
    Après avoir fui les horreurs de la guerre au Soudan du Sud, un jeune couple de réfugiés peine à s’adapter à la vie dans une ville anglaise rongée par un mal profond.
  • Meilleur film britannique : « PROMISING YOUNG WOMAN » - Emerald Fennell
  • Meilleur court-métrage d’animation britannique : « THE OWL AND THE PUSSYCAT » - Mole Hill, Laura Duncalf
    Synopsis =
    Felix est un écrivain raté qui habite un modeste hôtel meublé. Un soir en rentrant il apprend par courrier que son dernier roman est refusé, son logeur lui fait part des récriminations de sa voisine de palier qui entend le crépitement de sa machine à écrire toute la nuit. Doris, sa voisine, travaille dans le milieu du sexe, elle a tourné dans un film X, fait la gogo danseuse, et se prostitue. Felix qui ignore ses activités l’aperçoit dans une tenue équivoque par sa fenêtre, prend ses jumelles, et se rend compte que de l’argent est échangé. Il la dénonce auprès du logeur qui la flanque de suite à la porte. Doris ne s’en laisse pas compter et parvient à pénétrer et à s’incruster chez Felix en exigeant qu’il l’héberge pour la nuit. Le ton finira par monter et une violente dispute attirera tout le voisinage. Le logeur intervient et met Felix à la porte. Felix et Doris réussissent à se faire héberger chez un ami. S’ensuivra un jeu de chat et de la souris entre eux deux, leurs univers très différents ne cesseront de s’opposer parfois très violemment, mais ils finiront par se rapprocher l’un de l’autre. À la fin, ils décident de faire comme s’ils venaient seulement de se rencontrer et partent ensemble.
  • Meilleur court-métrage britannique : « THE PRESENT » - Farah Nabulsi
    Synopsis =
    The Present est un projet inspiré d’une bande dessinée du Brésilien Fabio Coala. Cette œuvre raconte l’histoire d’un jeune garçon qui passe la majeure partie de son temps enfermé chez lui, à jouer à des jeux vidéos. Mais un beau jour, son quotidien va être bouleversé par l’arrivée d’un adorable chiot offert par sa mère. Une histoire emplie de subtilité et d’émotions, comme on en raffole tant… The Present nous fait partager un merveilleux moment de simplicité, car le bonheur, c’est parfois de savoir apprécier les choses simples de la vie.