Nanar du mois de juin 2021_ "Messaline"

  • Mis à jour : 7 juin

Après avoir consacré de multiples articles au film évoquant de nombreux héros de l’Antiquité (Maciste, Samson, Scipion, .... ) et avoir évoqué pendant plus d’un an Hercule, Cinécandide a pensé qu’il était temps de parler des héroïnes des péplums.

Messaline (Messalina) est un film franco-hispano-italien réalisé par Carmine Gallone, sorti en 1951.

FICHE TECHNIQUE
Titre original : Messalina
Réalisation : Carmine Gallone
Scénario et dialogue : Carmine Gallone, Vittorio Nino Novarese, Albert Valentin, Pierre Laroche et Cesare Ludovici
Musique : Renzo Rossellini
Pays d’origine : Italie - France - Espagne
Date de sortie : 1951

SYNOPSIS
Affamée de pouvoir et de plaisir, Messaline change d’amants aussi vite qu’elle élimine ses ennemis, comme le droit Valerius.
Elle réussit même à convaincre l’empereur Claude, dévasté par un faux oracle, que pour qu’il soit sauf, elle doit se remarier avec son amant Caius Sillus ; mais le plan avec lequel elle pense s’emparer du trône impérial se retournera contre elle.

DISTRIBUTION
María Félix : Messaline
Georges Marchal : Caius Silius
Memo Benassi : Claude
Delia Scala : Cinzia
Erno Crisa : Timus
Carlo Ninchi : Taurus
Camillo Pilotto : Octave
Jean Tissier  : Mnester
Jean Chevrier : Valerius Asiaticus
Germaine Kerjean : Ismene
Ave Ninchi : Locuste
Michel Vitold : Narcisse
Pietro Tordi : Un malfrat des bas-quartiers (non crédité)
Sergio Bergonzelli (non crédité)
Greta Gonda

CRITIQUES
Carmine Gallone est un cinéaste italien prolifique dont certains films furent des piliers du cinéma fasciste, tel son fameux « Scipion l’Africain » (1937). Il revient au péplum avec ce Messaline, une production italo-franco-espagnole de l’Après-guerre, film moins chargé d’idéologie. La distribution est aussi cosmopolite que la production puisqu’aux côtés des acteurs italiens, on note la présence de plusieurs acteurs français et le premier rôle est assez brillamment tenu par la grande star mexicaine Maria Félix. L’histoire est hélas assez répétitive et l’on se lasse rapidement des intrigues politiques et amoureuses de la belle impératrice. Une longue séquence reconstitue le grand spectacle des jeux du cirque avec combats de gladiateurs et courses de chevaux. Le film connut un grand succès en Italie à sa sortie.

Péplum qui manque d’ambition pourtant l’histoire de Messaline est intéressante au départ. Le film s’avère trop bavard car le texte n’est pas formidable, peu de scènes à spectacle et celle-ci ne sont pas impressionnantes. La mise en scène est sérieuse tout comme l’interprétation, en résumé c’est regardable et loin d’être inoubliable. Les jeux du cirque ne manquent pas de panache. Hélas le film souffre aussi de la scène du "miracle" sans doute l’une des scènes les plus débiles de ce genre de cinéma, une véritable tache sur le film. On reste malgré tout bien au-dessus de la moyenne.