Le cinéma du Turkménistan

  • Mis à jour : 8 février

L’expression de cinéma turkmène recouvre l’ensemble des activités de production et réalisation au Turkménistan, d’abord comme composante du cinéma russe et soviétique puis de façon indépendante à partir de 1991. La production turkmène des années qui précèdent l’indépendance peut être distinguée de la production russe par la langue de tournage des films concernés ou par la nationalité de leurs réalisateurs.

REALISATEURS TURKMENES

Réalisateurs actifs au Turkménstan avant 1980

- Hangeldy Agahanov (1916-2000) : Le premier examen (1958), Dix pas vers l’est (1960), La dernière route (1962), Le coq (1965)

- Mered Atahanov (1914-) : Le cristal enchanté (1944), L’événement de Dach-Kale (1963), La route du fourgon brûlant (1967)

- Alty Karliev (1909-1973) :
Alty Karliev, PAU, était un acteur et réalisateur turkmène, né à Askhabad. Il a étudié au Turkmen Drama Studio et au Baku Theatre College, diplômé de ce dernier en 1931. Après cela, il a travaillé comme acteur au Ashkhabad Drama Theatre.
Date/Lieu de naissance : 6 janvier 1909, Oblast de Transcaspienne
Date de décès : 11 décembre 1973, Achgabat, Turkménistan
Films : « Dursun », « Za rekoy, granitsa », « Când trandafirul înflore ?te »,

- Boulat Mansourov (1937-2011) :
« La compétition » (1963)
Un épisode de la vie du musicien populaire Choukour-Bakhchi. Les guerriers de Mamediar-Khan, qui règne sur le Tekhran, envahissent le village du musicien et ne rendront les prisonniers que si Choukour gagne en virtuosité contre le musicien de la cour.
« Le repas funeraire »
Conte philosophique evoquant le destin tragique du heros legendaire kazakh Akhan-Sere, qui consacra toute sa vie et son oeuvre a la defense du bien et de la justice.
« La soif étanchée » (1966)
Le film est adapté du roman éponyme de Iouri Trifonov consacré à la construction d’un canal en plein désert de Turkménistan

- Hodzakuli Narliev (1937-) : « Quand la femme selle le cheval » (1974), « Ose dire non » (1976),
« L’arbre Djamal » (1980)
Dans les sables du Karakoum, la seule plante vivante semble être l’arbre planté par Djamal et son mari le berger Nazar. Passe la guerre. Au retour de Nazar, sortant d’un séjour à l’hôpital, tout semble revenir comme avant, mais le bonheur est-il encore possible ?

- Viktor Arkhangelski (1932-1983)
- Alty Artykov (1933-)
- Jurij Boreckij (1935) : « La Caravane noire » (1975)

- Nikolaj Dostal (1909-1959) :

Nikolaï Dostal, né en 1946, est le fils du réalisateur Nikolaï Vladimirovitch Dostal. Il a obtenu en 1971 le dipôme de journaliste de l’université de Moscou et en 1981 celui des Cours supérieurs de formation de scénaristes et réalisateurs où il a étudié sous la direction de Gueorgui Danelia.
« Le Fils du cavalier » (1940)

- Eduado Hacaturov (1936-) : « Le Désert » (1966)

- Evgenij Ivanov-Barkov (1892-1965) :
Dursun (1940),

- Halmamed Kalabaev (1939-) : « La couleur d’or ou Une fleur d’or » (1974), « L’enlèvement du coursier » (1978)

-  Aleksandr Ledascev (1905) : « Je reviendrai » (1935)

- Grigorij Lomidze (1903-1962) : « Les patriotes soviétiques » (1939)

- Aleksandr Makovskij (1902-) :« Oumbar » (1936),
« Les frontaliers » (1940)

-  Ivan Mutanov (1903-) : « L’Honneur de la famille » (1956)

-  Hodzadurdy Narliev : « L’Ombre blanche » (1976)

- Kakov Orazsahatov (1935-) :, ...

« Les Frères espiègles » (1973)

- Rafail Perelstejn (1909-) : « Le Fils du berger » (1954), « La ruse du vieil Achir » (1955)

- Dmitri Poznanski (1904 - 1943) :« Impossible d’oublier » (1931) -
« Tahir Sabirov » (1929-)

-  Muhamed Sojunhanov : « Le Guépard » (1979

- Nikolaï Tikhonov (1900-1965) : « Sept cœurs » (1935), « Ceux de la vallée de Soumbar » (1938), « Le prix de la vie » (1940)

FILMS TURKMENES

Films de l’ère soviétique

  • « Gyul i Tolmaz » (1929) de Vladimir Barsky
  • « Dva brata » (1937) d’Aleksandr Ledashchev
  • « Moi et mes frères » (1964) de Khodjakouli Narliev
  • « Le Pétrole de Turkménie » (1967) de Khodjakouli Narliev
  • « Trois jours d’une année » (1968) de Khodjakouli Narliev
    Ils n’ont pas encore vingt ans. Ils se réunissent souvent pour tuer le temps. Ils travaillent et font même des études. Un film sur la jeunesse et les relations intergénérationnelles. Le film fut retiré des écrans en URSS dès 1968
  • « La Soif étanchée » (1968) de Bulat Mansurov
  • « Un homme à la mer » (1969) de Khodjakouli Narliev
  • « Priklyucheniya Dovrana » (1969) d’Anatoli Karpukhin
    Ce film d’Aventure raconte l’histoire du petit Dovran, qui vit avec son père, le batteur, sur la rive de l’Amou-Daria. Ses amis sont des animaux du quartier avec lesquels il passait tout son temps, et puis il y a des chasseurs et un détachement pionnier avec qui il rencontrera.
  • « Smerti net rebyata » (1970) de Bulat Mansurov
    Dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, dans une petite ville allemande, un groupe de soldats soviétiques a engagé une bataille inégale avec les nazis.
  • « Za rekoy, granitsa » (1971) d’Alty Karliyev
  • « La Bru ou La Belle Fille » (Nevestka, 1972) de Khodjakouli Narliev
  • « Kogda zhenshchina osedlaet konya » (1974) de Khodjakouli Narliev
  • « Ose dire non ! » (1977) de Khodjakouli Narliev
  • « Golnky shivant v kyarizakh » (1980) de Baba Annanov
  • « L’Arbre Djamal » (Derevo Dzhamal, 1981) de Khodjakouli Narliev
  • « Kara-Koum 45° à l’ombre » (Karakumy, 45 v teni, 1982) de Khodjakouli Narliev
    Dans le désert de Karakoum, au Turkménistan, une équipe pose des gazoducs non loin d’un village. L’ingénieur de ce chantier, est une femme née dans cette région. Ses parents y vivent encore sous la tente. Un jour, alors que les travaux avancent bien, un puissant jet de gaz sort du plus profond de la terre. Les travailleurs du gazoduc font tout leur possible pour maîtriser l’incendie. Lors d’une conversation avec son père, la jeune femme se souvient d’une légende locale selon laquelle, un jour, seul un tremblement de terre était parvenu à bout d’un incendie. La solution semble donc être de déclencher une immense explosion ... Quand la nature, à sa manière, se défend contre les hommes qui l’exploitent sans limites !
  • « Muzhskoye vospitaniye » (1982) de Uzmaan Saparov et Yazgeldy Seidov
    Le père rêvait de voir son fils devenir un homme fort et courageux et pour cela l’a envoyé dans un pâturage lointain chez son grand-père. Mais le jeune Tchaman a bien du mal à s’habituer à ce nouveau mode de vie et à aider son grand-père à accomplir les banales tâches quotidiennes.
  • « Trizna » (1982) de Bulat Mansurov
  • « Sultan Beybars » (1982) de Bulat Mansurov
    Le film suit la destinée de Baybars, ancien esclave d’origine kiptchake devenu maître du sultanat d’Égypte. Ayant appris les arts de la guerre, il est acheté par Sayf al-Dîn Qutuz et devient grâce à son endurance, sa force, sa prudence et son génie le chef de la garde personnelle du sultan Aybak. Lorsque Qutuz renverse ce dernier, Baybars devient vice-sultan. Puis, en 1260, il mène les troupes contre l’invasion mongole et vainc les Mongols à la bataille d’Aïn Djalout, avant de renverser son ancien maître Qutuz et de devenir lui-même sultan.
  • « Quand papa reviendra » (1982) de Khalmamed Kakabayev
    Pendant la Seconde Guerre mondiale à Tylou, deux enfants (un frère et une sœur) attendent le retour de leur père. Ils aident les soldats blessés dans l’hôpital de la ville.
  • « Vozvrashcheniye pokrovitelya pesen » (1984) de Ilmurad Bekmiyev
    Au front, Heshtek, le meilleur joueur et chanteur de dutar du village, était pilote. Une blessure grave et une commotion cérébrale ont emporté sa mémoire. De retour dans son village natal, le héros ne reconnaît pas ses proches, ses concitoyens. Son dutar est silencieux. A chaque fois, dans sa tête, le merveilleux son des cordes se transforme en cri assourdissant de bombardier en piqué. Un peu de temps passera - et l’amour de la femme de Patma, les soins des parents et des admirateurs de son talent musical feront revivre le don d’akyn en lui.
  • « Fragui privé de bonheur » (Fragi - Razluchyonnyy so schastyem, 1984) de Khodjakouli Narliev
    Biopic sur le légendaire philosophe et poète turkmène, Makhtoumkuli, également connu sous le nom de Fragi.
  • « Blistayushchiy mir » (1984) de Bulat Mansurov
  • « Priklyucheniya na malenkikh ostrovakh » (1985) de Uzmaan Saparov
  • « Taynyy posol » (1986) de Khalmamed Kakabayev
  • « Karakumskiy reportazh » (1986) de Yazgeldy Seidov
  • « Tvoy brat - moy brat » (1987) de Mukhamed Soyunkhanov
  • « Dolina mesti » (1987) de Kakov Orazsyakhedov
    1918 Pour aider les paysans affamés du Turkestan, le gouvernement soviétique envoie une caravane avec du pain de Tachkent. Ce chemin est dangereux - des bandes de Basmachi et de Cosaques Blancs font rage ici. Le commandant du détachement, après une série de batailles épuisantes, décide de détourner les gangs - et lance une "fausse caravane" menée par le commissaire Archman sur le mauvais chemin...
  • « Do svidaniya, moy parfinyanin ! » (1987) de Khodjakouli Narliev
  • « Beshenaya » (1988) de Uzmaan Saparov
  • « Legenda drevnikh gor » (1988) de Yazgeldy Seidov
  • « Skazka o volshebnom bisere » (1988) de Ilmurad Bekmiyev
  • « Nichevo ne sluchilos’ » (1989) de Mukhamed Soyunkhanov
  • « Klyatvy nashego detstva » (1989) de Kakov Orazsyakhedov
  • « Mankourt » (1990) de Khodjakouli Narliev
    En 1990, le film Mankurt (???????) est sorti en Union soviétique . [9] Écrit par Mariya Urmatova, le film est basé sur un brin narratif du roman Le jour dure plus de cent ans . [10] Il représente le dernier film réalisé par Khodzha Narliyev. [11] Son casting principal comprenait les acteurs turcs Tar ?k Tarcan , Y ?lmaz Duruet les acteurs turkmènes Maýa-Gözel Aýmedowa, Hojadurdy Narliýew et Maýsa Almazowa. Le film raconte l’histoire d’un Turkmène qui défend sa patrie contre l’invasion. Après avoir été capturé, torturé et soumis à un lavage de cerveau pour servir les conquérants de sa patrie, il est si complètement transformé qu’il tue sa mère lorsqu’elle tente de le sauver de la captivité.

Films post-soviétiques

  • « Destan moey yunosti » (1992) de Byul-Byul Mamedov
    Lors de la collectivisation des années 1930, un soldat de l’armée rouge est troublé par l’affection qu’il porte à la jeune épouse d’un « ennemi de classe ».
  • « The Unlucky Indian Woman » (Neschastnaya indyanka, 1992) de K. Oranzhakhatov
  • « Little Angel, Make Me Happy » (Angelochek sdelay radost, 1993) de Uzmaan Saparov
    Un drame social. La période de la Seconde Guerre mondiale en Turkménie. En Asie centrale, le programme de déportation des citoyens soviétiques d’origine allemande commence. Tous les adultes sont emmenés dans des camps en Sibérie et les enfants sont placés dans des orphelinats. Georg, six ans, se cache des soldats rouges et se retrouve presque seul dans son village allemand, aujourd’hui abandonné. L’horrible réalité s’installe. Le quotidien de sa vie est bouleversant : que manger ? Comment prendre soin de son ami malade Yashka ? Comment enterrer tante Lisa ? Dans ces circonstances inhumaines, l’âme de Georg reste miraculeusement intacte - il croit toujours en Little Angel d’une chanson pour enfants et il lui fait un nid dans un arbre. Un miracle se produit : parfois un verre de lait est laissé à Georg dans le nid ; parfois un épi de maïs.
  • « Blockhead » (Okhlamon, 1993) de Eduard Redzhepov
  • « Karakum » (1994) de Uzmaan Saparov et Arend Agthe
    De Hambourg au Turkménistan : Robert, un garçon allemand de 13 ans, est en route pour rendre visite à son père, qui travaille comme ingénieur dans le désert de Karakoum. Arrivé à l’aéroport, il y est emmené par le chauffeur de camion Pjotr. Ils sont rejoints par Murad, le neveu de Pjotr, qui est en route vers une oasis lointaine. Mais pendant le voyage à travers le désert, des choses tournent mal et le camion reste bloqué. Pendant que Pjotr ??part chercher de l’eau, les deux garçons attendent dans la chaleur. Lorsque Pjotr ??ne revient pas, Robert, un passionné de voile, a l’idée de construire un gréement de char à voile à partir des pièces qui se trouvent sur le camion. Bientôt, ils partent pour une tournée aventureuse à la voile à travers le désert, unis - malgré les différences culturelles - par leur génie inventif et leur soif d’aventure juvénile.
  • « Broken Heart » (Yandym, 1995) de Bairam Abdullayev et Lora Stepanskaya
  • « Fragrance of Wishes » (Ham hyyal, 1996) de Sergei Shchugaryov
  • « Akpamyk » (1996) de Ilmurad Bekmiyev

Le cinéma turkmène en OccidentF
En 2001, le festival Cinéma du réel a présenté un panorama de la production d’Asie centrale soviétique avec notamment une projection de « La Bru »
Synopsis = Le vieil Ama-aga et sa belle-fille Ogoulkejik vivent isoles dans une yourte du desert turkmene, ou ils elevent leur troupeau. Elle prend soin de son beau-pere et attend le retour de son amour, Mourad, qui n’est toujours pas revenu de la guerre, alors qu’elle est terminee depuis bien longtemps. Ama-gata s’est fait une raison : il pense que son fils est mort au front, mais n’en dit rien a sa bru. Elle espere encore le retour de son époux.

En Suisse, on a aussi pu voir « La Bru » lors de Festival international de films de Fribourg en 2004.

Le 1er juin 2005, on a pu voir un film turkmène sur un écran français lors du Festival sur la diversité culturelle et le dialogue en Asie centrale organisé par l’UNESCO. Le film projeté était « Quand papa reviendra » de Khalmamed Kakabayev, un film de 92 minutes en noir et blanc réalisé en 1982

LES INFRASTRUCTURES CINEMA

Le cinéma Achgabat est une salle de cinéma située à Achgabat au Turkménistan1. Ouvert 29 juin 2011, c’est le premier cinéma 3D du pays.

L’initiateur de la première cinéma en relief a été le Président du Turkménistan2. Un appel d’offres pour la construction de la Banque centrale du Turkménistan a annoncé en janvier 2008.
En septembre, il a été annoncé que la société de construction turque Ichkale, commandée par le souci de l’État Turkmennebitgazgurlushik de construire dans le centre d’Achgabat un nouveau cinéma moderne. Le projet a coûté plus de 20 millions de dollars US. Par la suite, l’établissement a été repris par l’entreprise de construction français Vinci

La cérémonie d’ouverture du bâtiment a eu lieu le 29 juin 2011 avec la participation du président du Turkménistan Gurbanguly Berdimuhamedov

Le cinéma comprend deux salles, une grande (500 places) et une petite (70 sièges). C’est la première salle de cinéma au Turkménistan où il est possible de regarder des films en 3D au format numérique. La superficie totale du centre de cinéma est d’environ 4,5 millions de mètres carrés. La façade du bâtiment est recouverte de marbre blanc et de granit gris et décorée avec des vitraux. Le complexe exploite un café Internet, une boutique pour la vente de livres et de souvenirs, un café en plein air. Elle est située en face de la zone d’entrée principale pour les événements spéciaux. Au cinéma, sont montrés principalement des documentaires sur le Turkménistan. Il s’agit d’une exigence tacite sur les films exclusivement en langue turkmène.

LA POLITIQUE DU CINEMA

Turkménistan.Le cinéma à nouveau en odeur de sainteté

Après avoir autorisé le cirque et l’opéra – interdits sous du règne de feu le dictateur Saparmourad Niazov, décédé en 2006 –, le président du Turkménistan, Gourbangouly Berdymoukhammedov, vient de réhabiliter le cinéma. “Le chef de l’Etat a, entre autres, promulgué une loi sur les licences liées à la diffusion de la production cinématographique et vidéo”, précise Trend.az. Le site d’information azerbaïdjanais rappelle que “le ballet fait toujours partie des arts prohibés”. Plusieurs salles de cinéma sont en cours de rénovation.