bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4

Cultures & Cinémas

Vous êtes ici : Accueil > CONNAISSANCE DU CINEMA > Les grands acteurs et grandes actrices français > CYCLE Grands acteurs et actrices français : Michel BOUQUET

CYCLE Grands acteurs et actrices français : Michel BOUQUET

  • Mis à jour : 14 avril

Michel Bouquet est un acteur français, né le 6 novembre 1925 à Paris où il est mort le 13 avril 2022.
Michel Bouquet est considéré comme l’un des comédiens français les plus importants. Il a obtenu à deux reprises le César du meilleur acteur (2002 et 2006) ainsi que deux fois le Molière du comédien (1998 et 2005) pour 7 nominations. En 2014, Fabrice Luchini lui remet un Molière d’honneur.

BIOGRAPGHIE

Enfance, formation et débuts

Michel Bouquet naît le 6 novembre 1925 dans le 14e arrondissement de Paris. Fils d’un chef comptable à la préfecture de police de Paris, rescapé de la première guerre mondiale, et petit-fils d’un cordonnier, Michel Bouquet est envoyé à l’âge de 7 ans en pension à Vaujours avec ses trois frères, expérience difficile qui marque cet enfant réservé qui doit affronter la cruauté de ses camarades1.


Après ses études, il enchaîne les petits métiers : apprenti pâtissier, mécanicien-dentiste, manutentionnaire, employé de banque… pour aider sa mère restée seule pour élever ses enfants, son père étant prisonnier au début de la seconde guerre mondiale1. En 1943, alors que sa mère le croit à la messe, Michel Bouquet se rend chez Maurice Escande, sociétaire de la Comédie-Française, qui lui propose de suivre ses cours. Intégrant le Conservatoire d’art dramatique de Paris en compagnie de Gérard Philipe, il sera un compagnon de la première heure de Jean Anouilh et André Barsacq au théâtre de l’Atelier, puis de Jean Vilar au TNP et au Festival d’Avignon. Il débute sur les planches en 1944 dans « La Première Étape » puis obtient son premier rôle principal dans « Roméo et Jeannette » de Jean Anouilh.
En 1977, il est nommé professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique.

(Roméo et Jeannette)

CARRIERE AU THÊATRE

Michel Bouquet a marqué le théâtre, en participant aux créations de Camus, à l’introduction en France de l’œuvre de Harold Pinter et en reprenant souvent quelques grands rôles : ainsi a-t-il interprété à plusieurs reprises « Le Neveu de Rameau » de Diderot, « L’Avare de Molière »

ou encore « Le roi se meurt » d’Eugène Ionesco.

Parmi ses plus célèbres prestations sur scène, on note : « En attendant Godot » en 1978 et « Fin de partie » en 1995 de Samuel Beckett, « Le Neveu de Rameau » en 1984, « La Danse de mort » de Strindberg également en 1984, « Le roi se meurt » en 1994, « Les Côtelettes » de Bertrand Blier, « Avant la retraite » de Thomas Bernhard en 1998 ou encore « À torts et à raisons » de Ronald Harwood en 2000.

CARRIERE AU CINEMA

Michel Bouquet fait sa première apparition au cinéma dans « Monsieur Vincent » de Maurice Cloche en 1947, aux côtés de Pierre Fresnay et Jean Carmet.

Il alterne théâtre et cinéma tout en affirmant préférer les planches à l’écran. Il s’est notamment fait connaître par ses interprétations de bourgeois typique des années 1970 dans l’œuvre de Claude Chabrol et de François Truffaut, sans hésiter à endosser des rôles antipathiques, à jouer des personnages équivoques, sombres, énigmatiques. Sa silhouette ronde, son visage d’ascète et sa voix grave lui confèrent singularité et profondeur. Il illustre l’étendue de son talent aussi bien dans la comédie que dans le drame.

Chez François Truffaut il est Comolli, le détective privé assassiné par Jean-Paul Belmondo dans « La Sirène du Mississipi » (1969)

et l’une des victimes de Jeanne Moreau dans « La mariée était en noir ».

Pour Chabrol il a joué le mari trompé par Stéphane Audran dans « La Femme infidèle », suivi par un rôle de beau-père méchant toujours avec Audran dans « La Rupture ».

Dans les années 1970 Bouquet est le flic vengeur qui se perd, confronté à un système policier en pleine déliquescence, dans « Un condé » (1970) d’Yves Boisset,

puis un flic obstiné qui terrorise Alain Delon dans « Deux hommes dans la ville » (1972), candidat aux élections législatives dans « Défense de savoir » (1973) de Nadine Trintignant,

le patron de presse hospitalisé qui est entouré par Claude Jade dans « Les Anneaux de Bicêtre » (1976), mais il est aussi dans la même année le redoutable milliardaire dans la comédie « Le Jouet » de Francis Veber.

Dans cette décennie il a joué deux rôles sombres pour André Cayatte, dans « Il n’y a pas de fumée sans feu » et « La Raison d’État ».

Autre film au sujet politique est « L’Attentat » d’Yves Boisset. Dans les années 1980, il incarne un notaire pourri et l’ennemi de Stéphane Audran dans « Poulet au vinaigre » (1986), encore chez Chabrol. Il a endossé en 1982 le rôle de Javert dans « Les Misérables », version de Robert Hossein (avec Lino Ventura-Jean Valjean et Jean Carmet-Thénardier), et avec un tel talent que nombre d’hugoliens considèrent cette interprétation comme l’incarnation même de Javert.

Il a joué également dans de nombreuses séries et téléfilms, notamment dans Les « Cinq Dernières Minutes » avec Raymond Souplex, ou dans « Maigret » avec Bruno Cremer. Dans les années 1990 il est pour Alain Corneau le peintre Lubin Baugin dans « Tous les matins du monde », suivi 20 ans après par le peintre Auguste Renoir dans « Renoir » (2012).

À propos du jeu précis de Michel Bouquet en tant qu’acteur de cinéma, Claude Jade, sa partenaire dans « Les Anneaux de Bicêtre », écrit dans son livre « Baisers envolés » : « Michel Bouquet est d’une précision extrême et ne laisse rien au hasard. Je suis très impressionnée par sa concentration et sa capacité de travail ; il se prépare parfaitement à ce rôle de magnat de la presse subitement frappé d’hémiplégie et d’aphasie après une attaque cérébrale. Il ne dira son texte qu’en voix off. Quand arrive le tournage, rien ou presque n’est semblable à ce que nous avions imaginé ; les bruits extérieurs sont déroutants, l’agencement de la chambre d’hôpital, reconstituée dans une maison, est différent. Pourtant, grâce à tout ce travail préalable, Michel Bouquet s’adapte, faisant parfois même le contraire de ce qu’il avait prévu, et il est superbe. Et il est un homme d’une parfaite courtoisie5 ».

Depuis les années 2000

Michel Bouquet devait tourner le film « Le Goût des myrtilles » avec Marie Otal, qui devait jouer son amante, mais celle-ci meurt le 17 novembre 2009 à Bruxelles, peu de temps avant le tournage.

Le 26 décembre 2011, il annonce qu’il renonce à se produire sur scène6. Il continue néanmoins à participer à des productions de films pour le cinéma ou la télévision. Toutefois, en 2013 et en 2014, on le retrouve sur scène dans « Le roi se meurt », la pièce d’Eugène Ionesco, et en 2015 et 2016 dans la pièce « À torts et à raisons », à l’âge de 90 ans.

RECOMPENSES

Michel Bouquet est deux fois lauréat du Molière du meilleur comédien : en 1998 pour « Les Côtelettes », écrit et mis en scène par Bertrand Blier, et en 2005 pour « Le roi se meurt » d’Eugène Ionesco.

Il reçoit le César du meilleur acteur en 2002 pour son rôle de père qui revient, bouleversant la vie de son fils dans « Comment j’ai tué mon père » d’Anne Fontaine. Il gagne à nouveau cette récompense quatre ans plus tard pour son interprétation de François Mitterrand dans « Le Promeneur du Champ-de-Mars » de Robert Guédiguian.

Il reçoit le Molière d’honneur en 2014 et le Globe de cristal du meilleur comédien en 2018 pour « Tartuffe », mis en scène par Michel Fau au théâtre de la Porte-Saint-Martin.

VIE PRIVEE

Michel Bouquet a été marié à Ariane Borg (1915-2007), elle-même comédienne. Ils se sont séparés en 1967, puis ont divorcé.

Il a épousé en 1970 Juliette Carré, qui a été multiples fois sa partenaire sur scène. Il n’a pas de lien de parenté avec la comédienne Carole Bouquet.

Au cours d’une interview, il déclare : « Je suis un anarchiste calme », voulant ainsi éclairer malicieusement l’image que les médias donnent de lui, celle d’une personne calme, voire austère, autant par son physique que par son langage, destiné le plus souvent à représenter la loi et l’autorité.

En septembre 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, il signe la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité », qui paraît en « une » du journal Le Monde avec pour sous-titre « L’appel de 200 personnalités pour sauver la planète ».

THEATRE

1944-1949
Le Tartuffe ou l’Imposteur de Molière : Damis[Où ?][Quand ?]
Danton de Romain Rolland, théâtre Pigalle : Robespierre[Quand ?]
Le Treizième Arbre d’André Gide[Quand ?]
1944 : Première Étape de Paul Géraldy, mise en scène Jean-Jacques Daubin, studio des Champs-Élysées
1944 : Le Voyage de Thésée de Georges Neveux, mise en scène Jean Marchat, théâtre des Mathurins
1945 : Caligula d’Albert Camus, mise en scène Paul Œttly, théâtre Hébertot : Scipion
1946 : Roméo et Jeannette de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, théâtre de l’Atelier : Lucien
1946 : Le Rendez-vous de Senlis de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, théâtre de l’Atelier : Robert
1947 : L’Invitation au château de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, théâtre de l’Atelier : Horace-Frédéric
1947 : La Terrasse de midi de Maurice Clavel, mise en scène Jean Vilar, Festival d’Avignon : Jean
1948 : Le Revizor de Nicolas Gogol, mise en scène André Barsacq, théâtre de l’Atelier
1949 : Les Justes d’Albert Camus, mise en scène Paul Œttly, théâtre Hébertot : Stepan Fedorov

1950-1959
1950 : Henri IV de William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar, Festival d’Avignon : prince Henri de Galles
1951 : Cucendron ou la Pure Agathe de Robert Favart, mise en scène Christian-Gérard, théâtre Saint-Georges : Bob
1952 : Le Profanateur de Thierry Maulnier, mise en scène Tania Balachova, théâtre Antoine : Alde Pozzi
1953 : La Mort de Danton de Georg Büchner, mise en scène Jean Vilar, Théâtre national de Chaillot : Saint-Just
1953 : La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare, mise en scène Jean Vilar, Festival d’Avignon : le duc d’Aumerle
1953 : Le Médecin malgré lui de Molière, mise en scène Jean-Pierre Darras, Festival d’Avignon : Léandre
1953 : Dom Juan ou le Festin de Pierre de Molière, mise en scène Jean Vilar, Festival d’Avignon : Pierrot
1953 : L’Alouette de Jean Anouilh, mise en scène de l’auteur et Roland Piétri, théâtre Montparnasse : Charles VII
1956 : Chatterton d’Alfred de Vigny, mise en scène Michel Bouquet, théâtre de l’Œuvre
1956 : Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes de Jean Anouilh, mise en scène de l’auteur et Roland Piétri, théâtre Montparnasse : Robespierre
1957 : Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes de Jean Anouilh, mise en scène de l’auteur et Roland Piétri, comédie des Champs-Élysées, théâtre des Célestins : Robespierre
1958 : La Maison des cœurs brisés de George Bernard Shaw, mise en scène Ariane Borg et Michel Bouquet, théâtre de l’Œuvre
1959 : Les Possédés d’Albert Camus d’après Fiodor Dostoïevski, mise en scène Albert Camus, théâtre Antoine
1959 : La Double Vie de Théophraste Longuet de Jean Rougeul d’après Gaston Leroux, mise en scène René Dupuy, théâtre Gramont

1960-1969
1960 : Carlotta de Miguel Mihura, mise en scène Jacques Mauclair, théâtre Édouard-VII
1960 : La Double Vie de Théophraste Longuet de Jean Rougeul d’après Gaston Leroux, mise en scène René Dupuy, théâtre Gramont
1961 : Rhinocéros d’Eugène Ionesco, mise en scène Jean-Louis Barrault, théâtre des Célestins, tournée
1961 : L’Express-liberté de Lazare Kobrynski, mise en scène de l’auteur, Odéon-Théâtre de France
1961 : La Paix d’après Aristophane, mise en scène Jean Vilar, TNP Théâtre national de Chaillot : Hermès
1962 : L’Avare de Molière, mise en scène Jean Vilar, TNP théâtre de Chaillot, Festival d’Avignon : Maître Jacques
1963 : Meurtre dans la cathédrale de T. S. Eliot, Festival d’Avignon
1964 : Les Jouets de Georges Michel, mise en scène Arlette Reinerg, théâtre Gramont
1964 : L’Alouette de Jean Anouilh, mise en scène Jean Anouilh et Roland Piétri, Festival de la Cité Carcassonne
1964 : Yerma de Federico García Lorca, mise en scène Bernard Jenny, théâtre Hébertot
1965 : La Collection et L’Amant d’Harold Pinter, mise en scène Claude Régy, théâtre Hébertot
1965 : L’Accusateur public de Fritz Hochwälder, mise en scène Claude Régy, théâtre des Mathurins
1965 : La Collection d’Harold Pinter, mise en scène Claude Régy, théâtre Antoine
1966 : La Tempête de William Shakespeare, Genève
1967 : L’Anniversaire d’Harold Pinter, mise en scène Claude Régy, théâtre Antoine
1967 : Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes de Jean Anouilh, mise en scène de l’auteur et Roland Piétri, théâtre de Paris
1967 : Témoignage irrecevable de John Osborne, mise en scène Claude Régy, théâtre des Mathurins
1967 : L’Alouette de Jean Anouilh, mise en scène Jean Anouilh et Roland Piétri, théâtre de Paris
1968 : Le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron de Jean Anouilh, mise en scène Jean Anouilh et Roland Piétri, comédie des Champs-Élysées

1970-1979
1970 : Alice dans les jardins du Luxembourg de et mise en scène Romain Weingarten, théâtre des Mathurins
1975 : Monsieur Klebs et Rosalie de René de Obaldia, mise en scène Jacques Rosny, théâtre de l’Œuvre
1976-1977 : Gilles de Rais de Roger Planchon, mise en scène de l’auteur, TNP Villeurbanne, théâtre national de Chaillot
1978 : Almira de Pierre-Jean de San Bartholomé, mise en scène de l’auteur, Espace Cardin
1978 : La Nuit des Tribades de Per Olov Enquist, mise en scène Raymond Rouleau, théâtre Moderne
1978-1979 : En attendant Godot de Samuel Beckett, mise en scène Otomar Krej ?a, Festival d’Avignon : Pozzo
1978 : Le Neveu de Rameau de Denis Diderot, mise en scène Jacques-Henri Duval, théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
1979 : No Man’s Land d’Harold Pinter, mise en scène Roger Planchon, TNP Villeurbanne, théâtre du Gymnase Marie-Bell, théâtre de la Porte-Saint-Martin

1980-1989
1980 : No Man’s Land d’Harold Pinter, mise en scène Roger Planchon, TNP Villeurbanne, Nouveau Théâtre de Nice
1980 : Macbeth de William Shakespeare, mise en scène Jacques Rosner, théâtre des Bouffes-du-Nord
1983 : Le Neveu de Rameau de Denis Diderot, mise en scène Georges Werler, théâtre de l’Atelier
1984 : La Danse de mort d’August Strindberg, mise en scène Claude Chabrol, théâtre de l’Atelier
1986 : Hot House d’Harold Pinter, mise en scène Robert Dhéry, théâtre de l’Atelier
1987 : Le Malade imaginaire de Molière, mise en scène Pierre Boutron, théâtre de l’Atelier
1987-1988 : L’Avare de Molière, mise en scène Pierre Franck, théâtre de l’Atelier, théâtre Hébertot : Harpagon

1990-1999
1990-1991 : Le Maître de go de Yasunari Kawabata, mise en scène Jean-Paul Lucet, théâtre des Célestins, théâtre de l’Atelier
1994 : Le roi se meurt d’Eugène Ionesco, mise en scène Georges Werler, théâtre de l’Atelier
1995-1996 : Fin de partie de Samuel Beckett, mise en scène Armand Delcampe, théâtre de l’Atelier, théâtre des Célestins, tournée
1997 : Avant la retraite de Thomas Bernhard, mise en scène Armand Delcampe, théâtre Jean-Vilar d’Ottignies-Louvain-la-Neuve
1997-1998 : Les Côtelettes de Bertrand Blier, mise en scène Bernard Murat, théâtre de la Porte-Saint-Martin : Le Vieux
1999-2000 : À torts et à raisons de Ronald Harwood, mise en scène Marcel Bluwal, théâtre Montparnasse

2000-2019
Le Malade imaginaire en 2009 au théâtre de la Porte-Saint-Martin.
2001 : À torts et à raisons de Ronald Harwood, mise en scène Marcel Bluwal, théâtre des Célestins : Wilhelm Furtwängler
2002-2003 : Minetti de Thomas Bernhard, mise en scène Claudia Stavisky, théâtre des Célestins, Festival d’Avignon, théâtre de la Ville : Minetti
2004-2006 : Le roi se meurt d’Eugène Ionesco, mise en scène Georges Werler, théâtre Hébertot, théâtre des Célestins : le Roi
2007-2008 : L’Avare de Molière, mise en scène Georges Werler, théâtre de la Porte-Saint-Martin, tournée : Harpagon
2008-2009 : Le Malade imaginaire de Molière, mise en scène Georges Werler, théâtre de la Porte-Saint-Martin, tournée : Argan
2010-2014 : Le roi se meurt d’Eugène Ionesco, mise en scène Georges Werler, comédie des Champs-Élysées, tournée, théâtre des Nouveautés, théâtre Hébertot : le Roi
2015-2016 : À torts et à raisons de Ronald Harwood, mise en scène Georges Werler, tournée, théâtre Hébertot : Wilhelm Furtwängler
2017 : Le Tartuffe de Molière, mise en scène de Michel Fau, théâtre de la Porte-Saint-Martin

FILMOGRAPHIE

CINEMA
1947 : Monsieur Vincent, de Maurice Cloche : le tuberculeux
1947 : Brigade criminelle, de Gilbert Gil : le tueur
1948 : Manon, de Henri-Georges Clouzot : le second
1949 : Pattes blanches, de Jean Grémillon : Maurice
1951 : Deux sous de violettes, de Jean Anouilh : Maurice Desforges
1951 : Trois Femmes, sketch L’Héritage d’André Michel : M. Lesable
1955 : La Tour de Nesle d’Abel Gance : le roi Louis X
1957 : Le Piège de Charles Brabant : le commissaire
1959 : Katia de Robert Siodmak : Jeliabov
1964 : Les Amitiés particulières de Jean Delannoy : le père de Trennes
1965 : Le Tigre se parfume à la dynamite de Claude Chabrol : Jacques Vermorel
1967 : La mariée était en noir de François Truffaut : Coral
1967 : Lamiel de Jean Aurel : le docteur Sansfin
1967 : La Route de Corinthe de Claude Chabrol : Sharps
1968 : La Sirène du Mississippi de François Truffaut : M. Comolli
1968 : La Femme infidèle de Claude Chabrol : Charles Desvallées
1969 : Le Dernier Saut d’Édouard Luntz : Jauran
1970 : Borsalino de Jacques Deray : Maître Rinaldi
1970 : Comptes à rebours de Roger Pigaut : Valberg
1970 : La Rupture de Claude Chabrol : Ludovic Régnier
1970 : Un condé d’Yves Boisset : l’ inspecteur Favenin
1971 : Juste avant la nuit de Claude Chabrol : Charles Masson
1971 : Malpertuis de Harry Kümel : Dideloo
1971 : Paulina 1880 de Jean-Louis Bertuccelli : Pandolfini
1971 : Papa les p’tits bateaux de Nelly Kaplan : Marc
1971 : L’Humeur vagabonde d’Édouard Luntz : Marcel Bingeot, et 19 autres rôles
1972 : Le Serpent d’Henri Verneuil : Tavel
1972 : Les Anges de Jean Desvilles
1972 : Trois milliards sans ascenseur de Roger Pigaut : Albert
1972 : Il n’y a pas de fumée sans feu d’André Cayatte : M. Morlaix
1972 : L’Attentat de Yves Boisset : Maître Lempereur
1973 : Deux hommes dans la ville, de José Giovanni : l’ inspecteur Goitreau
1973 : Le Complot de René Gainville : Lelong
1973 : La dynamite est bonne à boire d’Aldo Sambrell
1973 : La Main à couper d’Étienne Périer : Georges Noblet
1973 : France société anonyme d’Alain Corneau : le trafiquant
1973 : Les grands sentiments font les bons gueuletons de Michel Berny : Claude Reverson
1973 : Défense de savoir de Nadine Trintignant : Cristani
1974 : Bons baisers... à lundi de Michel Audiard : Nez d’bœuf
1974 : Les Suspects, de Michel Wyn : le procureur Gaston Delarue
1974 : Thomas, de Jean-François Dion : André, le père de Thomas
1974 : Au-delà de la peur, de Yannick Andréi : Claude Belar
1975 : Vincent mit l’âne dans un pré (et s’en vint dans l’autre) de Pierre Zucca : Pierre Vergne
1976 : Le Jouet de Francis Veber : Pierre Rambal-Cochet
1978 : La Raison d’État d’André Cayatte : François Jobin
1978 : L’Ordre et la sécurité du monde de Claude d’Anna : le banquier Muller
1980 : La Fuite en avant ou Le Compromis de Christian Zerbib : Vanderkeulen
1980 : Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz de Catherine Binet
1982 : Les Misérables de Robert Hossein : l’ inspecteur Javert
1984 : Poulet au vinaigre de Claude Chabrol : Hubert Lavoisier
1990 : Toto le héros de Jaco Van Dormael : Thomas, vieux
1991 : Tous les matins du monde d’Alain Corneau : Baugin
1992 : La Joie de vivre de Roger Guillot : M. Charme
1992 : Le Signe du pouvoir (it) (Segno del comando) de Giulio Questi
1994 : Élisa de Jean Becker : Samuel
2000 : Le Manuscrit du prince de Roberto Andò : Giuseppe Tomasi di Lampedusa
2001 : Comment j’ai tué mon père d’Anne Fontaine : Maurice, le père de Jean-Luc
2003 : Les Côtelettes, de Bertrand Blier : M. Potier
2004 : L’Après-midi de M. Andesmas, de Michelle Porte : M. Andesmos
2005 : Le Promeneur du Champ-de-Mars, de Robert Guédiguian : le président
2010 : La Petite Chambre de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond : Edmond
2012 : Renoir de Gilles Bourdos : Auguste Renoir
2015 : L’Antiquaire de François Margolin : Raoul
2016 : L’Origine de la violence d’Élie Chouraqui : Marcel Fabre
2020 : Villa Caprice de Bernard Stora : Marcel Germon
2021 : Cérémonie secrète de Tatiana Becquet Genel : Maxime

COURTS ET MOYENS METRAGES

1956 : Auprès de ma blonde - court métrage - d’Abel Gance
1977 : Jacques Prévert - moyen métrage, documentaire - de Jean Desvilles : témoignage
2014 : Rebecca de Tatiana Becquet-Genel (moyen métrage)

DOCUMENTAIRES

2011 : Le Temps des vertiges - Michel Bouquet14 de Jean-Pierre Larcher
2014 : Voyage d’hiver - Michel Bouquet15 de Jean-Pierre Larcher
2015 : La Vénus au miroir - Michel Bouquet16 de Jean-Pierre Larcher
2019 : Ma vie dessinée17 de Vincent Pouchain, avec Guillaume de Tonquédec
2021 : Juste avant la nuit - Michel Bouquet de Jean-Pierre Larcher

TELEVISION

1952 : Le Profanateur de René Lucot
1953 : Andromaque de René Lucot : Oreste
1955 : Au grand large de Claude Loursais
1958 : La caméra explore le temps : La Mort de Marie-Antoinette de Stellio Lorenzi : Robespierre
1959 : La Pavane de Blois de Claude Dague
1961 : La caméra explore le temps : Le Drame de Sainte-Hélène de Guy Lessertisseur : Sir Hudson Lowe
1961 : La Torture par l’espérance de Pierre Badel
1963 : La caméra explore le temps : Le Procès de Charles Ier, roi d’Angleterre de Guy Lessertisseur : Charles Ier
1964 : Plainte contre inconnu de Marcel Cravenne
1964 : Fenêtre sur jardin de Claude Loursais : Michel Lescure
1964 : La Montre en or de Guy Lessertisseur
1965 : Le Faiseur de Jean-Pierre Marchand
1965 : Ésope de Éric Le Hung : Ésope
1965 : L’Accusateur public de René Lucot : Fouquier-Tinville
1966 : L’Affaire Bouquet de Pierre Nivollet
1967 : Julie de Chaverny ou la Double Méprise de Jean-Pierre Marchand : récitant
1967 : La Cigale de Guy Lessertisseur
1967 : Meurtre dans la cathédrale de Maurice Cazeneuve
1968 : Roi de Bavière, documentaire de Frédéric Rossif : narrateur
1968 : Les Méfaits du tabac d’André Michel
1971 : Le Malade imaginaire de Claude Santelli : Argan
1971 : Tartuffe ou l’Imposteur de Marcel Cravenne : Tartuffe
1972 : André Malraux : La légende du siècle, documentaire de Claude Santelli : narrateur
1973 : Témoignages, épisode Peter d’Édouard Luntz : narrateur
1973 : La Sainte Famille, téléfilm de Pierre Koralnik : Storm
1977 : Les Anneaux de Bicêtre de Louis Grospierre : Maugras
1977 : Monsieur Klebs et Rosalie de Jacques Duhen : M. Klebs
1978 : Les Jeunes Filles de Lazare Iglesis : récitant
1978 : La Ronde de nuit de Gabriel Axel : Rembrandt Van Rijn
1978 : Les Grandes Conjurations : Les Fantômes du palais d’Hiver de Louis Grospierre : le grand-duc Paul Ier
1979 : Portrait : Michel Bouquet, documentaire de Germaine Cohen : lui-même
1980 : Le Neveu de Rameau de Claude Santelli : le neveu de Rameau
1980 : Le Curé de Tours de Gabriel Axel : l’abbé Troubert
1981 : Antoine et Julie de Gabriel Axel : Antoine, le prestidigitateur
1982 : La Danse de mort de Claude Chabrol : Edgar
1982 : La Sorcière, de Charles Brabant : Jules Michelet
1982 : Mozart de Marcel Bluwal : Leopold Mozart
1983 : Le Secret de monsieur L de Pierre Zucca
1984 : Meurtre avec préméditation, épisode Pêchés originaux de Michel Mitrani : le juge d’instruction
1984 : Le Scénario défendu de Michel Mitrani : le président Caillet
1984 : Christmas Carol de Pierre Boutron : Ebenezer Scrooge
1985 : La Saison des loups, épisode Les Colonnes du ciel de Gabriel Axel : Le père Boissy
1985 : Le Regard dans le miroir de Jean Chapot : Mathias
1985 : Hommage à Charles Dullin, documentaire de Georges Paumier] : témoignage
1985 : Patte de velours de Nelly Kaplan
1989 : Les Nuits révolutionnaires de Charles Brabant : Vilain, l’usurier
1992 : L’Arbre de la discorde de François Rossini : Monsieur Paul
1992 : Maigret, épisode Maigret et la Maison du juge de Bertrand Van Effenterre : le juge Fortecroix
1993 : Pour demain de Fabrice Cazeneuve : Pierre Corneille
2005 : Le roi se meurt d’Eugène Ionesco
2009 : Le Malade imaginaire de Molière

DISCOGRAPHIE

- 1960 : Ballade de celui qui chanta dans les supplices, cantate de Joseph Kosma sur un poème de Louis Aragon, René Schmidt (ténor), Xavier Depraz (basse), solistes de l’orchestre du Théâtre national de l’Opéra, Serge Baudo (dir.), disque Vega T35A2501

Michel Bouquet a également donné des cours et des lectures qui ont été enregistrés et ultérieurement rendus disponibles sur disque :
1985 : Michel Bouquet dit Victor Hugo (œuvres poétiques)
1995 : Les Mots de Jean-Paul Sartre
2003 : Nouvelles extraordinaires de Miguel de Cervantes
2006 : Professeur au Conservatoire (anthologie 1986-1987)
2006 : Lettres non postées de Léo Ferré
2016 : Molière, Shakespeare, Corneille, Beckett, Pinter... expliqués par Michel Bouquet - Documents inédits 1986-1987
2017 : Brassens sur parole(s) - lecture du poème Il n’y a pas d’amour heureux
2019 : Michel Bouquet lit Jean de La Fontaine, direction artistique d’Ulysse Di Gregorio

Par ailleurs Michel Bouquet a participé à l’enregistrement d’extraits du Misanthrope de Molière (rôle de Philinte) pour les Sélections sonores Bordas.

PUBLICATIONS

- Michel Bouquet, Charles Berling, Les Joueurs. Entretiens, Paris, Grasset, 2001, 268 p. (ISBN 978-2246616313)
- Michel Bouquet, Jean-Jacques Vincensini18, La Leçon de comédie, Paris, Éditions Klincksieck/Archimbaud, 2010, 192 p. (ISBN 978-2-252-03788-1)
- Michel Bouquet, Fabienne Pascaud, Mémoire d’acteur, Paris, Plon, 2011, 268 p. (ISBN 2-259-21531-9)
- Michel Bouquet raconte Molière, Paris, Éditions Philippe Rey, 2017, 192 p. (ISBN 978-2-84876-638-6)

DISTINCTIONS

Récompenses
- Prix du Syndicat de la critique 1967 : Meilleur comédien pour Témoignage irrecevable
- Prix du Syndicat de la critique 1976 : Meilleur comédien pour Monsieur Klebs et Rozalie
- Prix du Syndicat de la critique 1983 : Meilleur comédien pour Le Neveu de Rameau
- Prix du cinéma européen 1991 : Meilleur acteur européen pour Toto le héros
Grand prix national du théâtre 1994
- Molières 1998 : Molière du comédien pour Les Côtelettes
- Plaisir du théâtre 1999
- César 2002 : César du meilleur acteur pour Comment j’ai tué mon père
- Lumières 2002 : Lumière du meilleur acteur pour Comment j’ai tué mon père
- Molières 2005 : Molière du comédien pour Le roi se meurt
- César 2006 : César du meilleur acteur pour Le Promeneur du Champ-de-Mars
- Grand Prix In Honorem 2006 de l’Académie Charles-Cros
- Festival 2 Cinéma de Valenciennes 2013 : Trophée d’honneur (remis par Anne Consigny, Anne Fontaine et Jaco van Dormal)
- Molières 2014 : Molière d’honneur pour l’ensemble de sa carrière
- Coup de cœur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2019 de l’Académie - Charles-Cros pour la lecture de Jean de La Fontaine – sélection de Fables et extrait du Songe de Vaux, proclamé le 15 septembre 2019 au Jardin du Musée Jean de la -Fontaine à Château-Thierry19

Nominations

- Molières 1987 : Molière du comédien pour Le Malade imaginaire
- Molières 1988 : Molière du comédien pour Le Malade imaginaire
- Molières 2000 : Molière du comédien pour À torts et à raisons
- Molières 2007 : Molière du comédien pour L’Avare
- César 2014 : César du meilleur acteur pour Renoir
- Molières 2016 : Molière du comédien dans un spectacle de théâtre privé pour À torts et à raisons

Décorations

- Grand-croix de la Légion d’honneur Grand-croix de la Légion d’honneur le 13 juillet 201820 ; chevalier le 19 mai 1983, officier le 3 avril 199621, commandeur le 13 juillet 200722, grand officier le 12 juillet 201323, avant d’être élevé à la dignité de grand-croix le 13 juillet 201824.
- Médaille d’or de la Renaissance française (15 mai 2019)25.